Les hormones sexuelles féminines protégeraient contre les formes graves de Covid-19