Sahara marocain : Köhler présente son rapport au Conseil de Sécurité de l’ONU – Al3omk

Sahara marocain : Köhler présente son rapport au Conseil de Sécurité de l’ONU

5b2cbe221a0000cd04ce24fb.jpeg

BEIJING, CHINA - NOVEMBER 25: (CHINA OUT) German former president Horst Kohler attends the opening ceremony of 2014 Eco-Finance International Forum at Renmin University of China on November 25, 2014 in Beijing, China. (Photo by VCG/VCG via Getty Images)

Selon des sources diplomatiques aux Nations-Unies, l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Köhler, a briefé le Conseil de sécurité, le mercredi 8 août 2018, sur sa récente visite dans la région ainsi que sur les différents contacts qu’il a eus, notamment dans le Sahara marocain. 

Dans ce cadre, M. Köhler a exprimé son appréciation pour les efforts du Maroc pour la réussite de cette visite, au cours de laquelle il a rencontré, en toute liberté, tous les interlocuteurs qu’il avait souhaités.

L’Envoyé personnel a également fait savoir qu’il avait rencontré les Présidents des deux régions du Sahara ainsi que les élus, les Chioukhs et les notables de la région qui ont tous exprimé leur soutien à l’initiative marocaine d’autonomie.

Il convient de rappeler que les élus de la région que l’Envoyé personnel a rencontrés, sont issus des élections régionales du 4 septembre 2015 et législatives du 7 octobre 2016, qui ont été considérées comme démocratiques par des milliers d’observateurs nationaux et internationaux.

Les rapports du Secrétaire Général au Conseil de sécurité en 2016 (S/2016/355) et 2017 (S/2017/307), ont confirmé que ces élections se sont déroulées sans incidents et dans une atmosphère calme.

Dès l’annonce de ce briefing, d’intenses démarches diplomatiques du Maroc ont été entreprises auprès des membres du Conseil de sécurité à New York, à Rabat et dans les Capitales pour faire part de la pleine coopération du Maroc pour la réussite de la visite de M. Köhler, en insistant sur le préalable d’une évaluation profonde et globale du contenu des discussions entre l’Envoyé personnel et les parties et la nécessité de poursuivre un dialogue transparent, responsable et serein pour assurer la relance du processus politique.

Le Maroc a également affirmé qu’il ne peut avoir de solution au différend régional sur le Sahara marocain sans sa consultation et sans l’implication de l’Algérie, principale partie responsable de la genèse et le maintien de ce différend. Il est à rappeler que dans sa résolution 2414 du 27 avril 2018, le Conseil de sécurité a demandé aux pays voisins et donc à l’Algérie d’« apporter une contribution importante au processus et de s’engager plus fortement pour progresser vers la solution politique ». De nombreux membres du Conseil de sécurité ont insisté sur la nécessité d’avancer avec précaution, dans le cadre de la relance du processus, en consultant les parties et en particulier le Maroc sur toutes les idées et propositions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top