UA : Bourita réaffirme tous les engagements du Maroc

Nasser_bourita_journee_de_l_Afrique_2017.jpg

La réforme de l’Union africaine (UA) constitue une priorité pour le Maroc, a indiqué le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita. 
«Le processus de réforme de l’UA constitue une priorité pour le Royaume du Maroc car une UA réformée sera un catalyseur pour la coopération intra-africaine, que le Maroc a choisie comme pièce maitresse de ses relations dans le continent», a dit M. Bourita dans une interview publiée dans un rapport sur le CPS élaboré par l’Institut des études sécuritaires (ISS, basé à Pretoria/Afrique du Sud).

Rappelant que la vision du Roi Mohammed VI pour l’émergence de l’Afrique est claire, le ministre a indiqué que le Royaume souhaite partager avec les partenaires africains son expertise et son savoir-faire dans plusieurs domaines comme ceux de la paix et la sécurité, le développement durable, la migration et les changements climatiques.

Saluant l’action menée par le Président rwandais Paul Kagamé, en sa qualité de leader du processus de réforme de l’UA, M. Bourita a souligné que le Maroc estime que l’UA se trouve à la croisée des chemins.

«Nous estimons qu’il est temps de favoriser l’émergence d’une Afrique efficace et efficiente», a-t-il dit, relevant que le Maroc dispose d’une importante expérience en matière de diplomatie multilatérale.

«Nous pensons que la réforme de l’UA doit se faire selon une approche holistique et claire en raison des défis et des menaces multiples que le continent doit relever dans les domaines de la paix, la sécurité et le développement durable», a ajouté le ministre, soulignant que la réforme de l’UA doit se faire dans le cadre d’un processus consensuel.

L’élection du Maroc au Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) constitue une reconnaissance du rôle constructif et productif que le Royaume joue en faveur de la paix et la stabilité en Afrique sous le leadership de SM de Roi Mohammed VI, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.

M. Bourita a souligné que le Maroc marque son entrée au sein de cette institution avec une vision à travers laquelle l’engagement du Royaume dans le CPS sera «total». «Aucune question ne sera marginalisée», a-t-il dit.

Durant son mandat au sein du CPS, qui a commencé au début du mois d’avril courant, le Royaume contribuera d’une manière effective et directe aux activités de ce mécanisme important, a dit le ministre, mettant dans ce contexte l’accent sur l’importante expertise du Maroc en particulier ses contributions aux opérations de maintien de la paix et la sécurité en Afrique durant les 60 dernières années.

La vision du Maroc est fondée sur l’interdépendance entre la sécurité, l’intégration régionale et le développement, a-t-il dit, ajoutant que l’émergence de l’Afrique passe par le développement, lequel développement qui ne sera pas réalisé sans la paix et l’intégration régionale, a souligné le ministre.

«Ces trois composantes sont vitales pour l’émergence de l’Afrique nouvelle et pour la prévention de conflit et le maintien de la paix», a-t-il ajouté, soulignant que l’élection du Maroc au CPS est ainsi animée par le souci de renforcer l’unité et la solidarité africaines.

M. Bourita a, dans ce contexte, mis l’accent sur la nécessité d’éviter la division, la fragmentation et la polarisation de l’action du CPS.

Revenant sur la réforme du Conseil, le ministre a souligné que le Maroc, en tant que membre de l’instance, mettra sa vaste expérience reconnue dans le domaine des opérations de maintien de la paix, la médiation et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent à la disposition de cet organe de l’UA et de tous les pays africains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top