Un Irlandais achète un souvenir au Maroc qui est en réalité un objet rare valant une fortune – Al3omk

Un Irlandais achète un souvenir au Maroc qui est en réalité un objet rare valant une fortune

image.jpg

 C’est l’histoire d’un touriste irlandais en visite en Maroc, dans la ville de Chefchaouen, et qui un achète un souvenir dans une boutique d’antiquités pour 600 dirhams. Jusque-là, rien de surprenant… Sauf que le souvenir en question est une figurine en corne de rhinocéros de 25.000 ans, d’une valeur de 300.000 dirhams.

Selon le quotidien irlandais The Irish Times, qui rapporte l’information, une fois de retour en Irlande, le touriste a entrepris des recherches sur la figurine qu’il pensait être une représentation en bois peint et laqué de l’empereur chinois Yongle. Il était persuadé que c’était une miniature du 15ème siècle, ses nombreuses recherches auraient même fini par « rendre folle sa femme ».

Cette dernière lui a alors conseillé de faire expertiser la pièce par des professionnels afin de mettre fin aux spéculations. Le couple a ainsi contacté une société spécialisée à Oxford, en Angleterre, et a payé un laboratoire environ 619 euros pour un test de datation au radiocarbone qui permet d’évaluer l’âge et la composition des matériaux des objets que retrouvent les scientifiques et chercheurs.

Un objet rare et d’une grande valeur

Les résultats ont contredit la théorie du propriétaire de la figurine: celle-ci n’a pas été sculptée dans le bois mais dans une corne de « rhinocéros laineux », un mammifère éteint qui vivait durant l’ère glaciaire, il y a 25.000 ans.

Selon les chercheurs, la théorie la plus plausible qui expliquerait la présence de cette figurine en Chine au 15ème siècle est que la corne de rhinocéros y a été importée et utilisée par un artisan sculpteur. En Chine impériale, le jade et la corne de rhinocéros étaient très utilisés pour créer des objets décoratifs d’une grande beauté et d’une grande valeur.

L’Irlandais a par la suite fait expertiser la figurine par des commissaires-priseurs qui ont estimé sa valeur à 30.000 euros (plus de 300.000 dirhams). L’objet sera vendu aux enchères le 6 mars prochain.

Il y a tout de même une petite ombre au tableau. Le commerce de la corne de rhinocéros est interdit par une convention internationale sur le Commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES), dont l’Irlande est signataire.

Cependant, selon la maison de vente Mealy où sera vendue la pièce, les objets antiques en corne de rhinocéros sculptés avant l’entrée en vigueur de la convention internationale peuvent être vendus mais sous stricte surveillance. Mealy avance par ailleurs que la figurine ne peut être interdite à la vente puisqu’elle provient d’une espèce de rhinocéros éteinte depuis plusieurs millénaires.

Les cornes de rhinocéros sont devenues extrêmement précieuses ces dernières années et se vendent sur le marché noir en Asie et en Afrique pour la poudre fabriquée à partir de la corne et qui aurait des prétendus pouvoirs médicinaux et aphrodisiaques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top