L’ancien ministre marocain Mohamed El Ouafa décède en raison de la COVID-19

27 décembre 2020 - 10:45
MAP

L’ancien ministre marocain de l’éducation Mohamed El Ouafa est décédé aujourd’hui des suites de complications liées à COVID-19.

Né en 1948 à Marrakech, El Ouafa était l’un des principaux membres du Parti de l’indépendance (Al Istiqlal).

El Ouafa était le ministre de l’éducation lorsque Abdelilah Benkirane était chef du gouvernement.

El Ouafa était titulaire d’une licence et d’un diplôme d’études supérieures en économie de Paris.

En 1976, l’ancien ministre a occupé le poste de professeur adjoint à la faculté de droit de Rabat.

Il a été membre de la Chambre des représentants de 1977 à 1997.

El Ouafa a également présidé le conseil municipal de Marrakech de 1983 à 1992.

L’ancien fonctionnaire était membre du comité exécutif du parti Istiqlal depuis 1982.

El Ouafa a également été secrétaire général du parti Istiqlal de la jeunesse de 1976 à 1984 et a été président de l’Union générale des étudiants du Maroc.

Au cours de sa carrière politique, El Ouafa a représenté le Maroc en tant qu’ambassadeur en Inde de 2000 à 2004, en Iran en 2006, ainsi qu’au Brésil.

Plusieurs autres figures emblématiques du Maroc sont décédées cette année des suites de la COVID-19.

En novembre, le chanteur marocain Mahmoud El Idrissi est décédé des suites de COVID-19 à l’âge de 70 ans.

Le journaliste marocain Driss Ouhab est également décédé en octobre à cause de COVID-19.

Le journaliste a été l’un des premiers à rejoindre la chaîne de télévision marocaine 2M après son lancement à la fin des années 80.

Au début de l’année, en avril, des complications liées à COVID-19 ont également coûté la vie au musicien marocain juif Marcel Botbol.

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Littoral d’El Jadida menacé : L’Alliance pour le climat appelle à l’intervention du wali et du Centre d’investissement

La Chambre des conseillers approuve le projet de loi des finances

Exclusif. Mohamed Al Aâsli: Le journal « Al Massaâ » papier n’est pas mort malgré « le complot »