Maha Tazi représentera le Maroc à la Coupe du monde de poésie du Slam 2021

11 janvier 2021 - 01:19

"Quand un événement m'attriste profondément, me frustre ou m'inspire. L'écriture devient une sorte de force libératrice et rédemptrice et, espérons-le, une source d'inspiration pour les autres aussi. La vie quotidienne est saturée d'inspiration, il suffit d'ouvrir les yeux et de la voir, de la sentir".

Après avoir remporté la Coupe du Maroc de poésie slam (CMSP) 2020, la jeune poète marocaine Maha Tazi représentera le Maroc à la Coupe d'Afrique de poésie slam 2021 (CASP) et à la Coupe du monde de poésie slam 2021.

"Je suis surprise de mes propres capacités et en même temps heureuse et excitée de représenter le Maroc de la meilleure façon possible aux Coupes d'Afrique et du Monde", a déclaré Maha dans une interview accordée à Morocco World News.

La Coupe d'Afrique de la Poésie Slam est une opportunité qui, avec les nombreux talents artistiques autour de cet art, promeut, avec lyrisme et subtilité, le développement intellectuel et culturel du continent. Elle vise à promouvoir le slam et la prise de parole en public à travers l'Afrique.

Faisant partie de la Coupe d'Afrique de la poésie slam, et avec le soutien du Réseau marocain de lecture, de l'ONG Let'sGetPsyched Up et de l'École de psychologie de Casablanca, la Coupe du Maroc de la poésie slam vise à promouvoir la culture slam au Maroc et à faire découvrir d'autres cultures aux artistes.

Elle renforce également le potentiel créatif des artistes slam marocains. Les scènes virtuelles de la Coupe ont permis de promouvoir leur visibilité et la planification de nombreux projets avec des artistes tunisiens et algériens, mettant en valeur la richesse linguistico-culturelle de chaque pays.

Au cours de sa deuxième année, le CMSP a organisé des ateliers et des performances qui ont rassemblé 40 jeunes artistes urbains, poètes, écrivains et slameurs marocains pour participer et travailler collectivement. Leur collaboration s'est poursuivie jusqu'à la réunion finale, qui a eu lieu sur Zoom en raison de la crise COVID-19.

Le 26 décembre, le CMSP a annoncé que Maha Tazi était son lauréat. Cela lui a valu une place à la Coupe d'Afrique de la poésie slam, prévue pour novembre 2021 en Éthiopie, et à la Coupe du monde de la poésie slam, qui aura lieu à Paris en mai 2021.

FatineMoubsit, ambassadrice du Maroc auprès du CASP, accompagnera Tazi, qui a parlé à Morocco World News de son engagement personnel dans cet art.

 

À propos de Maha Tazi

Née et élevée à Casablanca, cette poétesse de 29 ans est doctorante en études culturelles et s'est révélée être une militante de l'art féminin dans le Maroc contemporain depuis 2011. S'intéressant à diverses formes d'ARTivisme, la jeune poète s'engage activement dans la recherche par le biais de la photographie, de l'audiovisuel et de projets de poésie slam qui combinent le monde universitaire et la créativité.

"Un aspect particulier de mes slam, je dirais que j'y utilise beaucoup de références académiques", a déclaré Maha à Morocco World News.

La doctorante enseigne également au niveau universitaire, donnant des conférences sur divers sujets tels que la philosophie, la critique des médias et le féminisme intersectionnel, depuis 2014.

Maha a commencé à écrire de la poésie alors qu'elle n'avait que sept ans, abordant des sujets tels que la vie, la mort, la mélancolie, l'amitié, l'amour et l'espoir. La mère de la jeune artiste conserve encore son premier recueil de poèmes. Lorsque Maha les lit, ils la ramènent à l'âge de sept ans avec un style d'écriture innocent et un peu élaboré, mais authentique et libre.

"J'aime que la symbolique [signification] de ce premier recueil reste là (chez ses parents), là où elle doit être. Parfois, quand je rentre chez moi, je lis ces poèmes et je me retrouve à sourire et à me sentir nostalgique".

 

L'expérience de Maha Tazi avec la poésie slam

Maha a partagé avec Morocco World News qu'elle a toujours placé l'art et la créativité au second plan après ses études et autres engagements universitaires, ce qui, de l'avis de l'artiste, est une grosse erreur.

En mai dernier, Maha a eu l'occasion d'interpréter pour la première fois un de ses poèmes pour la Coupe marocaine de poésie slam. Elle a également saisi cette occasion pour rompre l'isolement et l'enfermement et s'engager avec les gens, même si c'était virtuellement.

Je n'avais aucune idée de l'accueil du public, de la distance que je pourrais parcourir dans la Coupe, ou si mes slams étaient "bons" ou non".

Maha était à la fois heureuse et surprise des résultats du CMSP. Elle a souhaité que tout le monde commence à croire davantage en son côté créatif, car elle ne l'a pas fait au départ lorsqu'il s'agissait de slam poésie.

Non seulement l'artiste était heureuse du résultat de la première performance vidéo, mais elle était également satisfaite de l'accueil du public. Les spectateurs l'ont largement diffusée sur les médias sociaux et elle a reçu des commentaires très positifs.

Lors de sa première performance, Maha a remarqué certains aspects à améliorer sur lesquels elle a décidé de travailler, notamment au niveau de la performance.

 

Les inspirations et les thèmes de poésie de Maha Tazi

La poésie de Maha aborde plusieurs sujets et questions sociales, dont le sens de la vie et le questionnement existentiel. En cela, elle s'inspire de philosophes célèbres tels qu'Aristote, Socrate, Sartre et Camus, et du spleen tel que défini par le poète français Charles Baudelaire.

En tant que femme, Maha est également attirée par l'écriture de poèmes sur les droits des femmes et l'égalité des sexes. Son expérience de la moitié de sa vie en Occident l'a également encouragée à écrire sur l'orientalisme.

"Sur ces deux derniers points, je sens que deux personnes auxquelles je veux rendre un hommage particulier pour m'avoir inspirée sont Edward Said et Fatima El Mernissi".

Lorsqu'il s'agit de trouver le moment idéal pour écrire, Maha travaille chaque fois qu'elle en ressent l'urgence et le besoin.

"Lorsqu'un événement m'attriste profondément, me frustre ou m'inspire. L'écriture devient une sorte de force libératrice et rédemptrice et, espérons-le, une source d'inspiration pour les autres aussi. La vie quotidienne est saturée d'inspiration, il suffit d'ouvrir les yeux et de la voir, de la sentir", a dit le poète.

La créatrice dynamique ressent également un sentiment de communauté lorsqu'elle est avec des amis artistes ou créateurs, car ils se réunissent régulièrement pour discuter d'idées, de questions existentielles, de projets et pour partager leurs expériences. Maha n'a pas encore fait de travail de groupe, mais elle invite avec enthousiasme tout le monde à rester à l'écoute pour un projet qu'elle est en train de fonder, appelé M'Artsy, qui sera lancé en 2021.

Maha se prépare pour la Coupe du monde de poésie slam

Maha pense que l'expérience du CMSP lui a permis, ainsi qu'à d'autres artistes, de se libérer de leur isolement et de leur déconnexion sociale pendant l'enfermement, et de construire une communauté autour d'un intérêt et d'une passion qu'ils partagent tous - la poésie slamme.

Après sa victoire au CMSP, Maha a été surprise par ses propres capacités et en même temps heureuse et excitée de représenter le Maroc aux concours internationaux. Elle suit également davantage de tutorats et de formations en performance, ce qu'elle ne considère pas comme son point fort, afin de pouvoir représenter le Maroc de la meilleure façon possible.

"Le Maroc est ma maison, mon enfance, mes premiers rêves, ma vulnérabilité mais aussi ma force. C'est de ces racines que je tire l'essentiel de mon inspiration. Le moins que je puisse faire est de rendre hommage au Maroc [que] j'emporte toujours avec moi partout en le représentant le mieux possible lors des deux prochaines Coupes".

 

Traduit par Sahar NASRY

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Des syndicats de la santé appellent à des protestations pour améliorer la situation du personnel du secteur

Covid-19 : 337 nouveaux cas et 1.031 guérisons en 24 heures

Casablanca: Début de la distribution du vaccin anti-coronavirus sur les régions