Le poète marocain Mohamed Al-Ash’ari remporte le Prix mondial de poésie de poésie 2020

20 février 2021 - 07:51

Le poète marocain Mohamed Al-Ash’ari a remporté le prix international de l’arganier pour la poésie pour l’année 2020, qui est décerné chaque année par la Maison de la poésie au Maroc, en partenariat avec la Trust Foundation for Deposit and Management Fund, et en coopération avec le ministère de la culture.

Selon un communiqué de la Maison de la Poésie au Maroc, le Prix International de Poésie Arkana lors de sa quinzième session, dont le jury s’est réuni à Rabat, est allé au poète Mohamed Al-Ash’ari, dont le poème, pendant plus de quatre décennies, a contribué à la consolidation de l’écriture comme résistance visant à élargir les espaces de liberté dans le langage et dans la vie, à travers une pratique poétique qui a pris la liberté d’un horizon et d’une orbite de préoccupations.

La même source a expliqué que le jury du prix de cette année était présidé par le poète Naguib Khodari, et comprenait à la fois le critique Abdel Rahman Tanakoul, le critique Khaled Belkacem, les poètes Hassan Najmi, le secrétaire général du prix, Rashid al-Momani, Abdel Salam al -Masawi, Nabil Munasir et Murad al-Qadri.

La Maison de la Poésie a souligné que «le poème du poète Muhammad al-Ash’ari, dont le chemin incarne les phases de conscience du poème marocain contemporain de lui-même et de son époque poétique, a œuvré à libérer des espaces dans la langue au profit des valeurs Et dans l’intérêt de la vie, en libérant ces zones de la tendance traditionnelle conservatrice qui paralyse la vie en paralysant la langue et en réduisant les régions inconnues ».

Il a rapporté que le poème de Muhammad al-Ash’ari «est resté fidèle à ce qui élargit l’horizon de la liberté dans l’écriture et l’écriture, considérant cette liberté comme une résistance au langage, qui a fait un biais vers cet horizon dans sa réalisation textuelle avec de nombreux aspects, y compris la confrontation à différents méthodes d’imitation et de rétrécissement de la vie, et élevant le langage à sa pureté poétique. Donner au corps sa libre participation à la construction du langage et à la construction du sens, préparer le mot poétique à nourrir le corps inconnu, le célébrer et la vie, et triompher pour la liberté, c’est ce qui lui donne quel sens.

Il est à noter que le poète Muhammad al-Ash’ari a publié les recueils de poésie suivants: «Le hennissement des chevaux blessés», 1978, «Deux yeux avec la capacité d’un rêve», 1982, The Journal of Fire and Travel, 1983, «La biographie de la pluie», 1988, «Eau», 1994, «Lit l’isolement de la Sunbulah», 1998, «Rocky Tales», 2000, «FarawayPoems», 2006, «White Wings… In Her Feet», 2007 , «Yabab ne tue personne», 2011, «The Book of Shrapnel», 2012, «Carbunclenear the Nest Words», 2017.

Article écrit  par العمق المغربي:10 février 2021 (https://al3omk.com/629201.html)

Traduit par Sahar NASRY-20 février 2021

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Archives du Maroc: Vernissage à Rabat de l’exposition Haïm Zafrani, un éminent penseur du judaïsme marocain

La semaine du film européen au Maroc: Almodovar, Bensaidi et Sameh Aâlaâ au programme

Livre : « Quand l’architecture se fait ambassade »