Exercice de la médecine par les étrangers au Maroc: Polémique au Parlement

21 juin 2021 - 02:39

Le Parlement a fixé au lundi 21 juin à midi, la date limite pour la présentation des amendements au projet de loi autorisant les étrangers d’exercer la médecine au Maroc.

Un texte qui suscite la polémique au sein de la commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants entre professionnels, majorité gouvernementale et certains partis politiques .

Le projet de loi n° 33.21 qui modifie et complète la loi n° 131.13 relative à l’exercice de la médecine a, en effet, été approuvé par le Conseil de gouvernement, le mois dernier, dans le but de lever les restrictions imposées aux médecins étrangers d’exercer cette profession au Maroc.

L’Ordre Nationale des Médecins a considéré que l’ouverture de la porte aux médecins étrangers « constitue une menace réelle pour la santé des citoyens » alors que le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb avait souligné que la modification de la loi sur l’exercice de la profession médicale vise principalement à pallier la pénurie de ressources humaines dans le secteur de la médecine et à remédier aux déséquilibres flagrants dans leur répartition entre les différentes régions du Royaume.

Selon le ministre de la Santé, le projet de loi fixe un ensemble de conditions à l’exercice de la profession médicale par les médecins étrangers au Maroc, notamment l’existence d’un accord de réciprocité, le mariage avec un ressortissant (e) marocain (e) pour une durée d’au moins 5 ans, ou encore la résidence de manière continue au Maroc pendant une durée d’au moins 5 ans.

De son côté, le parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS, opposition), Rachid Hamouni, a estimé que le lobby des médecins s’active actuellement au Parlement pour faire échec à l’adoption de ce projet de loi.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

L’Istiqlal soutient le gouvernement mais appelle à rassurer le peuple

Le PPS critique l’imposition du pass vaccinal, et propose de modifier le décret sur l’état d’urgence sanitaire

Un Marocain, élu Président de la Société Européenne de Recherche Biomédicale sur l’Alcoolisme