Un romancier alerte Azoulay sur la «disparition » des livres de l’écrivain marocain Edmond El Maleh

08 juillet 2021 - 11:08

Le romancier marocain Mohamed Saîd Hjiouij a adressé une lettre au conseiller royal André Azoulay appelant à la réhabilitation des œuvres de l’écrivain marocain Edmond Amran El Maleh, « un monument humain qui incarne l’héritage juif marocain ».

« Au cours de mes recherches durant plusieurs années, j’ai été surpris de la disparation des œuvres de l’écrivain Edmond Amran El Maleh des bibliothèques et des marchés de livres d’occasion, en particulier en langue arabe », a écrit Mohamed Saïd Hjiaouj dans sa lettre dont le journal « Al Oâmk » détient copie.

Même ses livres traduits en anglais ne sont plus vendus et ne sont plus réimprimés, a-t-il fait remarqué « Est-ce une simple coïncidence ou alors ses romans ont-ils été cachés comme c’est la cas pour de nombreux créateurs ? et qui se cache derrière cet acte? ».

Il a rappelé qu’une Fondation « Edmond Omran El Maleh » a été créé en 2014, et qu’Azoulay, en présence de l’écrivain lui-même et de Hassan Aourid, avait déclaré « qu’en plus de son rôle consistant à rendre hommage aux écrivains, la Fondation sera le point de départ pour restituer notre histoire, notre mémoire et notre patrimoine sous toutes ses couleurs ».

Pour le romancier « ces objectifs sont nobles, et chacun cherche à les atteindre afin de préserver notre patrimoine aux identités plurielles ».

Cependant, a-t-il ajouté, des activités qui valorisent les identités multiples des marocains n’existent pas, notant que « l’héritage de cet écrivain, autrefois décrit comme le James Joyce marocain, a complètement disparu ».

Mohamed Saïd Hjiouaj a rappelé que lorsqu’il avait publié son roman intitulé « L’énigme d’Edmond Amran El Maleh », en hommage à cet écrivain créatif, il a été surpris par le fait que les nouvelles générations ne connaissaient rien de lui. « C’est triste et c’est malheureux » a commenté le romancier Hjiouaj dans sa lettre.

Il a conclu sa lettre en souhaitant que les romans de l’écrivain soient mis à la disposition des nouvelles générations en français et que les droits de leur traduction en arabe et dans d’autres langues soient cédés aux éditeurs.

Écrivain marocain de confession juive et fervent opposant au sionisme Edmond Amran El Maleh (1917 – 2010) est l’auteur d’une vingtaine de livres et de romans en langue française édités en France et au Maroc. On citera notamment: « Parcours immobile » (Maspero, 1980), « Le Retour d’Abou El Haki », « Essaouira, cité heureuse », etc. Il a reçu l’Ordre national du Mérite pour son œuvre littéraire et ses positions patriotiques.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Le détail des indemnités des présidents des conseils des régions et des communes

Zaina Idihli : Une ambition au service d’un changement tangible à Souss Massa

Les forces françaises tuent Abou Walid Sahraoui, chef de l’EI au Grand sahara