Les syndicats des autoroutes accusent Benaâzzouz de dilapidation de l’argent public

10 juillet 2021 - 01:27

Trois syndicats du secteur routier accusent Anouar Benaâzzouz, directeur général de la Société Nationale des autoroutes du Maroc (ADM) de dilapidation de deniers publics en concluant, de manière hâtive et improvisée, des accords et des marchés n’ayant aucun bénéfice pour cette entreprise publique.

Ils lui reprochent également, selon un communiqué reçu par le journal « Al Oâmk », le non respect d’accords signés avec les partenaires sociaux relatifs au droit du travail et aux libertés syndicales.

Il s’agit, en fait, de trois organisations affiliés à la centrale syndicale l’Union Marocaine du travail (UMT): le Syndicat national des cadres de l’ADM, le Syndicat national des employés des centres d’exploitation de l’ADM et le Syndicat national des administrateurs, techniciens et agents d’exécution de l’ADM.

Ils dénoncent tous ce qu’il appellent l’ambiguïté, l’improvisation, et la confusion qui marquent la gestion et la mise en œuvre de la stratégie de l’entreprise, notamment à travers des marchés conclus avec certains bureaux d’études, en l’absence de toute approche participative.

Autres griefs syndicaux contre à la direction ont trait à l’absence du principe de citoyenneté engagée dans l’intérêt public et l’obstruction faite au rôle stratégique des ressources humaines dans le développent de la qualité des services fournis aux usagers des autoroutes nationales et de ce secteur économique d’une manière général.

Les trois syndicats en appellent à la responsabilité du ministère de tutelle pour intervenir afin d’obliger la direction à respecter la loi et ses multiples engagements et à mettre fin aux persécutions et atteintes aux libertés syndicales, particulièrement durant et après les élections professionnelles.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Le roi Mohamed VI condamne l’attaque Houthie contre Abou Dhabi

Covid 19: 130 établissements scolaires fermés durant la période du 10 au 15 janvier

Le Roi reçoit les dix membres élus du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire