Laghrouss : l’appel royal témoigne d’une bonne volonté, son succès dépendra des dirigeants algériens (vidéo)

06 août 2021 - 11:55

Le directeur de la publication du journal « Al Oâmk » Mohamed Laghrouss a salué l’appel du roi Mohammed VI à l’ouverture des frontières entre l’Algérie et le Maroc afin de tourner la page du passé entre les deux pays voisins.

S’exprimant lors de l’émission « Tournée maghrebine » sur la radio BBC Arabic, Mohamed Laghrouss a indiqué qu’il s’agit d’un appel royal qui exprime une volonté réelle de corriger ces relations mais dont le succès dépendra de la volonté politique du président ou de celui qui détient le vrai pouvoir actuellement en Algérie.

Selon lui, les indicateurs n’augurent rien de bon et la réponse de l’Algérie ne sera pas positive, d’autant plus que ce n’est pas la première fois que le roi Mohammed VI tend la main à l’Algérie, via des discours officiels et directs, a ajouté Mohamed Laghrouss.

« La question urgente qui se pose est de savoir à qui profite la tension continue entre les deux pays et qui a intérêt à maintenir les frontières fermées », s’est t – il interrogé.
Réagissant à l’insistance de l’Algérie pour demander des excuses au Maroc, il a souligné que « la partie marocaine a demandé, dans le passé, des excuses et des éclaircissements concernant plusieurs affaires », ajoutant « qu’il n’est pas possible d’exprimer une bonne intention dans le but d’améliorer les relations communes et en même temps parler d’excuses ».

Par ailleurs, Le directeur du journal « Al Oâmk a fait remarqué que le voisin algérien qui s’est opposé à l’intégrité territoriale du Maroc durant plus de 40 ans, s’est mis en colère à cause d’une déclaration d’un diplomate marocain, alors que le roi, qui est la plus haute autorité du pays, a tenu un autre discours, un discours marqué par « le réalisme et la clarté qui exprime la position du Royaume du Maroc, de son chef d’état, de son gouvernement, de son peuple et de son parlement ».

Appelant les deux parties à la clarté, à la franchise et à choisir entre l’avenir ou le passé, Mohamed Laghrouss a conclu son intervention en citant Martin Luther: « Nous devons apprendre à vivre tous en semble comme des frères, sinon nous mourons tous ensemble comme des imbéciles ».

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

La météo pour ce samedi 1er octobre

Inscription aux CPGE : le ministère accorde une chance supplémentaire aux bacheliers

La revue des finances publiques, outil important pour assurer l’efficacité des dépenses publiques (Lekjaa)