Maroc: 92 % des étudiants universitaires touchés par des discours de haine

26 novembre 2021 - 04:41

Une étude, riches en enseignements sur le discours de la haine dans les universités marocaines, a été réalisée récemment, conjointement par le Forum méditerranéenne des jeunes au Maroc et le Conseil de l’Europe.

L’étude, reçue par le journal « Al Oâmk » (rédaction arabophone) révèle que 92 % des étudiants universitaires (entre 18 et 24 ans) pensent que le discours de la haine impacte leur niveau d’instruction et de réussite. Un discours qui se manifeste, notamment, à travers l’environnement tendu dans l’enceinte universitaire, dans la réduction des heures de présence, et dans l’absence des professeurs.

Parmi les lieux d’apprentissage où se développe ce genre de discours, l’étude cite le cas de l’Université Ibn Zohr à Agadir qui connait un niveau élevé de haine et de racisme en raison des différences ethniques et au grand nombre d’étudiants venant du Sahara et des régions amazighs.

Les résultats de cette étude ont, ainsi, montré que 27,4% des étudiants se disent victimes du discours de la haine, contre 72,6% qui ne se considèrent pas comme tels. 37,6% parlent d’une présence relative d’un tel discours, alors que 8,2% seulement pensent que le discours de la haine dans les espaces universitaires est totalement absent.

A noter également que 26,9% des étudiants immigrés ont été victimes d’un discours de haine émanant de leurs professeurs ou de leurs camarades de classes (27,7 %).

Au niveau de l’analyse, l’étude estime que le discours de la haine est une sorte d’expression des frustrations sociales témoignant de l’absence d’une culture de la différence et de la diversité. L’université est un espace de liberté qui produit des convulsions verticales et horizontales s’étendant aussi à l’extérieur de enceintes universitaires, conclue l’étude.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Le roi Mohamed VI condamne l’attaque Houthie contre Abou Dhabi

Covid 19: 130 établissements scolaires fermés durant la période du 10 au 15 janvier

Le Roi reçoit les dix membres élus du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire