Exclusif. Mohamed Al Aâsli: Le journal « Al Massaâ » papier n’est pas mort malgré « le complot »

03 décembre 2021 - 07:39

Le directeur du journal papier « Al Massaâ » (le soir) le réalisateur Mohamed Al Aâsali a formellement démenti, samedi, les informations faisant état de la fermeture de son journal.

Dans une déclaration exclusive au journal « Al Oâmk » (rédaction arabophone), il a expliqué que « Al Massaâ » connaît en fait quelques « problèmes internes normaux » avec certains employés précisant que ce dossier, qui est sur la table du Conseil national de la presse, sera clos grâce à une tentative de réconciliation avec ces employés.

Pour Mohamed Al Aâsli « des ennemis du succès » tentent par tous les moyens de mettre fin à l’expérience de son journal et mènent, depuis longtemps, un complot pour fermer son journal.

Il a souligné que son administration a réussi, jeudi, à verser, normalement, les salaires de ses employés. « Y a t-il une institution que l’on dit en voie de liquidation judiciaire qui paie les salaires de ses employés ? », s’est il indigné.

Il est à noter que « Al Oâmk » avait rapporté l’information de la fermeture de « Al Massaâ » en se basant sur des données citées par un membre de l’administration du journal et qui se sont avérées liées à un conflit d’intérêts au sein de cette organisme de presse.

Fondé en 2006 par le réalisateur de cinéma Mohamed Al Aâsli, « Al Massaâ » a été, au départ, l’un des journaux indépendants à succès avec des tirages de plus de 100 mille exemplaires par jours.

Face à la grande crise que connait la presse, notamment, à cause des bouleversements numériques et de manque des ressources, plusieurs journaux marocains on été obligés d’abandonner le papier ou de fermer carrément leur portes.

« Al Massaâ » papier a disparu des Kiosques depuis plusieurs mois. Seule une version électronique (PDF) concoctée par une équipe réduite de journalistes continue d’être publiée.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

HCP: une majorité gouvernementale hégémonique implique une dynamique des réformes

Maroc: Omicron représente 95% des cas, la nouvelle vague s’approche du pic

CNSS, subvention, taxe: 2 milliard de Dh pour sauver d’urgence le tourisme au Maroc