Les « Migri », légende de la chanson marocaine, menacés d’expulsion de leur maison à Rabat (Vidéos)

13 janvier 2022 - 07:00

Plusieurs artistes marocains ont exprimé leur solidarité avec la famille de chanteurs, « les frères Migri », qui ont été sommés de quitter leur maison aux Oudayas à Rabat suite à une décision judiciaire.

Des agents d’autorité sont, en effet, intervenus, mercredi, pour appliquer cette décision et ont entamé une procédure d’expulsion entraînant une vague de protestation au sein de la famille et des artistes.

Sur son compte Facebook, l’artiste Salah Eddine Mohsen a écrit : « la famille artistique des Migri qui a beaucoup donné à la musique et à l’art marocain sera expulsé de la maison où ils ont vécu pendant un demi-siècle et qui en ont fait un musée d’art ».

De son coté, le réalisateur Abdelouahed Moujahid a estimé que « dans d’autres pays, lorsqu’on touche à des artistes du calibre de Mahmoud et de Hassan Migri, on s’empresse d’agir. Alors que dans notre pays, les Migris sont expulsés de leur domicile qui est un vrai musée et qui a été pris d’assaut par des autorités sans que personne ne bouge le petit doigt».

Et d’ajouter : « Où sont ceux qui se disent défenseurs de l’art ? Est-ce le sort que l’on réserve à un artiste qui a beaucoup donné à la musique à une époque où personne ne connaissait les standards de la musique et de l’art. Je déclare ma solidarité inconditionnelle avec la famille Migri. J’implore Dieu pour qu’il fasse justice ».

Pour sa part, la poétesse Amina Sibari a écrit: « les Turcs ont réussi à aménager une maison où une série télévisée célèbre a été tournée et cela a permis de rapporter des millions d’euros et drainer les touristes qui visitent cette maison devenue une sorte de sanctuaire. Alors qu’au Maroc, nous sommes obligés de défendre une évidence : une maison de vrais artistes, qui ont produit du vrai art, a une valeur symbolique ».

La famille Migri avait protesté, énergiquement, contre la décision « criminelle » de les expulser d’une maison dont ils sont locataires depuis cinquante ans. Selon les déclarations de la famille au journal « Al-Omk Al Maghribi » (Rédaction arabophone, voir vidéos), c’est la fille d’un ancien ministre qui en est la propriétaire et voudrait la récupérer.

Les Frères Migri se disent surpris par cette décision et lancent un appel au Roi Mohammed VI pour sauver leur patrimoine artistique exprimant leur désir d’acheter cette maison qui est « d’une grande valeur artistique ».

Lancés depuis les années 80, les frères Migri (3 frères et une sœur) sont considérés comme une légende de la chanson marocaine moderne. Leurs chansons célèbres comme « Lili Touil » ou « Dam Didam Dam » ont connu un succès national et international.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Calligraphie arabe: art de la grâce et de la beauté patrimoine mondial de l’Unesco

Cinéma palestinien et marocain à Rabat pour la journée internationale des Droits de l’Homme

Archives du Maroc: Vernissage à Rabat de l’exposition Haïm Zafrani, un éminent penseur du judaïsme marocain