Les travailleurs marocains à Sebta et Melilia s’inquiètent de leur sort

08 avril 2022 - 01:03

Le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez n’a pas abordé le dossier des travailleurs légaux marocains à Sebta et Melilia, lors de la conférence de presse qui a suivi son entretien avec le roi Mohammed VI, jeudi à Rabat, a soulevé des inquiétudes quant à la possibilité de leur retour dans les deux enclaves  après deux ans d’arrêt dû à la fermeture des passages frontaliers.

Plus de 8 600 travailleurs marocains, qui travaillaient légalement dans les villes occupées de Sebta et Melilia, avaient espéré que la visite de Sanchez à Rabat, leur permettra de fixer leur situation, en suspens depuis plus de deux ans, car ils espéraient que leurs droits seraient préservés et qu’ils profiteraient de l’ouverture des frontières terrestres pour reprendre leur travail.

Hier soir, jeudi, le Maroc et l’Espagne ont annoncé leur accord pour rouvrir les frontières terrestres et maritimes entre les deux pays, y compris les points de passage des villes occupés de Sebta et Melilia, et pour lancer les préparatifs de l’opération Marhaba 2022, deux ans après son arrêt en raison de la crise politique entre les deux pays.

Chakib Marouane, secrétaire général des travailleurs titulaires de permis de travail dans la ville occupée de Ceuta, a estimé que les travailleurs concernés attendaient que le Premier ministre espagnol traite leur dossier et fixe une date précise pour la réouverture des points de passage frontaliers avec Ceuta et Melilla, mais cela n’a pas eu lieu.

Dans une déclaration au journal Al-Omk Almaghribi, Marouane a expliqué que le discours de Sanchez sur l’ouverture progressive des points de passage de Ceuta et Melilla, sans révéler la méthode ni le moment de l’ouverture, a suscité des doutes parmi les travailleurs des deux villes occupées, qui étaient optimistes quant à la fin. du dossier de crise entre les deux pays. La même source s’interroge : « Comment est-il possible que les frontières aériennes soient ouvertes, et que les frontières maritimes s’ouvrent bientôt, alors que l’ouverture des frontières terrestres est liée à la situation épidémiologique », ajoutant : « Nous comprenons que les frontières avec Sebta et Melilia sont différentes des frontières maritimes et aériennes, car ce sont des frontières sensibles qui nécessitent une surveillance stricte et méticuleuse.

Le responsable syndical a souligné que les travailleurs de Sebta et Melilia espéraient que le gouvernement marocain aborderait leurs revendications avec son homologue espagnol, afin qu’ils reprennent leur travail d’une manière qui garantisse leur dignité et leurs droits, notamment en réglant leurs statuts et leurs documents administratifs arrivés à expiration il y a deux ans.

À cet égard, Marouane estime que le document le plus important que les travailleurs doivent avoir la carte de transit, qui permet le transit quotidien uniquement par le passage frontalier, sans possibilités de résidence ou de circulation via les aéroports et les ports, soulignant la nécessité de négocier avec les Espagnols l’octroi d’une carte de travail aux travailleurs.

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Soins apportés aux enfants: les femmes y passent 5 fois plus de temps que les hommes (HCP)

Mondial 2022 : Des Chefs d’Etat félicitent SM le Roi suite à la qualification aux quarts de finale de l’équipe marocaine de football

Le PLF-2023 consacre les engagements du programme gouvernemental (ministre)