Politique

Fatima Zahra El Mansouri admet les erreurs du PAM et nie toute rupture avec l’histoire de sa fondation

La coordinatrice nationale du Parti de l’Authenticité et de la Modernité, Fatima Zahra El Mansouri, a déclaré que la présence du premier secrétaire général du parti à la 28e session du Conseil national constituait un soutien à la nouvelle direction collective et prouvait qu’il n’y avait pas de rupture avec l’histoire de la fondation.

Lors de l’ouverture de la 28e session du Conseil national du Parti de l’Authenticité et de la Modernité, samedi, El Mansouri a exprimé sa fierté de la présence de nombreuses figures influentes, y compris Hassan Benaddi, le premier secrétaire général du parti, affirmant que sa présence « valide la direction collective et nous motive à rester fidèles aux valeurs du parti qui nous ont poussés, en tant que jeunes, à nous engager dans le parti, à faire des sacrifices, à obtenir des résultats et parfois à faire des erreurs ».

Elle a souligné que la présence du premier secrétaire général pour la première session du parlement du parti après l’élection de la nouvelle direction collective, « est la preuve qu’il n’y a pas de rupture avec la fondation, au contraire, ce qui nous unit, ce sont les accumulations positives et nous ne cherchons pas des postes, mais à améliorer la vie des citoyennes et des citoyens ».

El Mansouri a également mentionné la présence d’Ahmed Akhchichin, l’un des fondateurs du parti, qu’elle a décrit comme « le grand frère », notant qu’il « a toujours été l’un de ceux qui encouragent le projet du parti et qui agit avec une grande sagesse, ce qui a eu un impact sur notre travail en tant que jeunes leaders, militantes et militants ».

Également présent, selon la coordinatrice nationale du parti « le PAM », Ali Belhaj qui était l’un des premiers membres du bureau politique du parti, et qui a continué à s’impliquer activement dans le parti, ne coupant jamais le contact avec celui-ci, et ayant été présent à toutes les étapes importantes.

El Mansouri a également noté la présence de Mohammed Benhamou, qui était membre du premier bureau politique du « PAM », ainsi que l’ancienne parlementaire Fatiha Laidi, Bachra El Malki, Fatima Saadi, Nabila Benamor, en plus de nouvelles forces, confirmant que cette participation massive était un message à ceux qui disent que le parti est fini et une preuve que le projet est robuste et restera toujours au service de la nation avant tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *