Société

Le ministère de l’Intérieur dévoile son plan pour améliorer les services des taxis et assurer la stabilité des professionnels

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a affirmé l’engagement du ministère à améliorer les services du secteur des taxis et à garantir la stabilité professionnelle des acteurs du secteur, tout en maintenant la continuité des relations contractuelles entre les titulaires de licences et les chauffeurs professionnels, et en améliorant leur situation sociale et financière.

Dans une réponse à une question posée par le conseiller du l’Union Nationale du Travail au Maroc, Khalid Satti, Laftit a expliqué que le ministère procède régulièrement à la révision et à la mise à jour des décisions concernant le secteur pour s’assurer qu’elles répondent aux besoins actuels. Il a mentionné que le Dahir n° 1.63.260 sur le transport par voitures donne aux autorités provinciales le pouvoir d’établir des règles pour ce secteur.

Sur cette base légale, des décisions réglementaires ont été adoptées au niveau de chaque province pour définir les conditions de licence pour les véhicules utilisés comme taxis et pour la pratique de la profession de chauffeur de taxi, ainsi que pour la prestation de services. En avril 2022, une circulaire ministérielle, numéro 444, a été publiée, incluant une série de mesures visant à professionnaliser davantage le secteur.

Cette circulaire établit de nouvelles conditions pour l’exploitation des taxis, limite la conclusion de nouveaux contrats d’exploitation aux chauffeurs professionnels, définit le nombre de licences exploitables par une seule personne à une licence, crée des registres locaux pour les demandes d’exploitation de licences de taxis par les professionnels, et fixe les conditions et critères pour l’enregistrement dans ces registres.

Le ministre a souligné que toutes les provinces ont commencé à mettre en œuvre ces mesures et à adapter les procédures et décisions opérationnelles en fonction des directives reçues. Le ministère fournit également des conseils juridiques et un soutien technique aux provinces, met à jour le système d’information pour la gestion du transport par taxis, et autorise la création de sociétés d’exploitation de taxis.

Le ministère travaille également à mieux encadrer la relation entre le titulaire de la licence et le chauffeur de taxi, à activer l’obligation de déclaration des chauffeurs et des chauffeurs assistants, à réviser et unifier les procédures d’obtention de la licence de confiance pour conduire un taxi, à lier la délivrance de nouvelles licences de confiance aux besoins objectivement exprimés, et à revoir les programmes et la durée de la formation pour en améliorer la qualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *