Société

Rapport : La concentration des projets de développement dans les grandes agglomérations pourrait creuser les inégalités territoriales

Un rapport récent intitulé « Réaliser la justice spatiale nécessite un nouvel élan » met en garde contre le déclin des fonctions des centres ruraux et des petites et moyennes villes, tandis que la plupart des projets de développement sont concentrés dans les grandes agglomérations, ce qui pourrait reproduire les « fissures territoriales » malgré les améliorations observées.

Pour traiter les disparités territoriales et garantir la réalisation de la justice spatiale, le rapport appelle à développer une approche de « discrimination territoriale positive » en donnant la priorité aux zones les moins équipées dans les programmes et projets nationaux, tels que la stratégie nationale d’investissement, le plan national intégré pour les zones logistiques, et les programmes d’extension de l’offre universitaire et sanitaire.

Le rapport, préparé par le chercheur Abdelrafie Zaânoun, met en lumière les progrès accomplis dans la réduction des disparités territoriales et sociales au Maroc, tout en soulignant la nécessité de redoubler d’efforts pour garantir la réalisation effective de la justice spatiale.

Il montre également que les efforts déployés dans le cadre du programme de réduction des disparités territoriales et sociales ont contribué à améliorer les indicateurs de développement humain dans les régions montagneuses et éloignées, incluant les améliorations en matière de raccordement aux réseaux publics, de fourniture de services sociaux de base, et d’amélioration des opportunités d’éducation et de santé.

Ces développements ont contribué à atténuer les disparités entre les régions riches et pauvres en termes de localisation des investissements et d’établissement des équipements et infrastructures publiques, ce qui a eu un impact positif sur la cohésion sociale après une vague de protestations sociales alimentées par des situations d’exclusion et de marginalisation dans de nombreuses régions.

Le rapport propose également de modifier l’article 48 de la loi organique n° 13-130 sur la loi de finances pour inclure le rapport sur la justice spatiale parmi les documents accompagnant le projet de loi de finances annuel, ce qui aiderait à orienter le budget général de l’État vers la réduction des disparités de développement entre les différentes zones territoriales.

Il appelle également à la généralisation des observatoires régionaux des dynamiques territoriales et à renforcer leur rôle comme cadre de coordination et de dialogue sur les priorités de réduction des disparités territoriales au sein et entre les régions, tout en améliorant leur intégration avec l’Observatoire national des dynamiques territoriales.

Les recommandations du rapport comprennent également la publication de rapports périodiques sur les transformations des disparités territoriales entre les régions, avec la responsabilité confiée au Conseil des conseillers pour suivre la mise en œuvre des recommandations liées à la réalisation de la justice spatiale.

Les recommandations incluent également la formulation d’une formule mathématique pour mesurer la disparité de développement et en faire un élément directeur pour les programmes sectoriels et les collectivités territoriales, en particulier les régions, dans la distribution des ressources, des investissements et des équipements publics, afin d’éviter de reproduire le modèle centre-périphérie au niveau territorial entre le centre de la région et son environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *