Le PIB agricole continuerait à montrer "une bonne résilience"

22 avril 2020 - 06:37

Le PIB agricole devrait continuer à montrer "une bonne résilience" avec un palier supérieur à 105 milliards de dirhams (MMDH), selon le ministère de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

En effet, malgré une conjoncture climatique difficile limitant la production céréalière et le contexte de l'urgence sanitaire actuel, le PIB agricole ne connaîtra pas une grande rétraction, indique mercredi le ministère dans un communiqué.

Les estimations provisoires montrent que cette baisse restera contenue autour de 5%, et ce hors agroalimentaire grâce au comportement de toutes les autres filières de production (maraîchage, arboriculture, lait et viandes), précise le ministère.

En dehors des céréales, toutes les autres cultures affichent un état normal voire, pour certaines, supérieur à la campagne précédente.

En effet, l'arboriculture fruitière se comporte aussi bien pour les espèces qui entrent en production actuellement que pour les espèces en floraison et dont la production entrera sur les marchés à partir de septembre et les mois suivants.

Cette phase de floraison, critique et déterminante des rendements, se passe, poursuit le ministère, dans "des conditions favorables" notamment de température et d’humidité. Les agrumes et les oliviers en particulier en stade de floraison affichent de "bonnes perspectives de production si la situation climatique demeure favorable en mai-juin".

Pour les cultures annuelles, les assolements d’hiver sont bien équilibrés et assurent une production abondante et diversifiée pendant toute cette période printanière. Il s’agit des légumes (tomate, pomme de terre, oignons, aubergine, navets, artichauts, petit pois, etc.), de la canne et la betterave à sucre dont les récoltes ont déjà commencé.

L’état des cultures laisse prévoir une bonne production, relève la même source, notant que dans certains périmètres comme le Tadla et le Gharb, les estimations prévoient des rendements records pour la betterave à sucre.

Par ailleurs, les assolements des cultures semées au printemps en grande partie dans les zones irriguées sont réalisés dans de" bonnes conditions" et permettront une "bonne production".

De mêmes, toutes les dispositions sont prises pour les assolements des cultures d’été dont la production est mise en marché pendant la période de septembre à décembre, qui coïncide avec le commencement de la nouvelle année agricole, ajoute le ministère.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

« Transform Tomorrow Together », le nouveau plan de transformation stratégique de la SCR

KIA remporte quatre prix au prestigieux concours de voiture en Russie

Maroc: La croissance économique prévue à 4,8% en 2021