Pourquoi la femme n’a jamais été chasseur, guerrière ou prophète ?

14 juillet 2020 - 11:50

Suite à mes années de profession, j’ai noté que la femme est douée d’une grande intelligence et d’une raison exceptionnelle. Elle rêve évidemment, mais en restant très réaliste grâce à ses énormes capacités d’adaptation aux conditions difficiles de la vie, et ceci aussi bien chez la femme du milieu rural que citadin.

En revanche, je remarque que l’homme, incapable d’assumer ne serait-ce que 10% de toutes les tâches quotidiennes de la femme, est très rêveur et s’adapte difficilement aux conditions du quotidien. Il baisse alors vite les bras et se lamente sans cesse.

Ainsi, la femme progresse raisonnablement avec le maximum de sécurité, étape par étape tandis que l’homme, lui, veut sauter toutes les étapes instantanément d’une manière puérile, raison pour laquelle il est constamment en échec, phénomènes que nous observons d’ailleurs dans le domaine de la gouvernance politique.

La femme est douée d’une énergie d’endurance qui dépasse de loin celle de l’homme. Nous trouvons actuellement la femme policière, gendarme, ministre, présidente de pays, professeure, notaire, juge, chauffeur de taxi et de bus, pompier, militaire, mécanicienne, maçonne, électricienne, plombière, gardienne de parking, commerçante, industrielle, bergère, pilote, commandant de bord, agricultrice…Et ce qui est remarquable est que la femme réussisse toujours dans ses projets.

La supériorité de la femme dans tous les domaines est donc bien connue depuis le début de l’humanité. Et l’homme ayant remarqué ceci, fut terrifié par son pouvoir et a donc inventé trois armes redoutables, totalement inutiles pour l’humanité, pour la maitriser et la réprimer :

  • La chasse

L’homme a utilisé à mauvais escient la sagesse de la femme et son devoir de protection envers ses enfants pour l’éloigner du risque de s’aventurer dans les bois afin de chasser, au péril de sa vie. La chasse a donc représenté la première arme de l’homme pour mépriser la femme, en lui signifiant qu’elle était faible et devait de ce fait s’occuper de la récolte et de ses enfants uniquement.

  • La religion

La femme est douée de bon sens et a représenté une source de sagesse dans de multiples ethnies du monde. Toutefois, la crainte de sa supériorité cognitive, une bonne connaissance de l’art de la guérison et de la sagesse, ont poussé les hommes à créer  la religion et les Dieux afin d’accuser la femme de sorcellerie et de son pacte avec Satan. Plus qu’une oppression, des meurtres par milliers étaient alors commis.

Et ces mêmes arguments soi-disant religieux sont fréquemment utilisés encore aujourd’hui, accusant alors la femme d’être impure lors de ses menstruations ou d’être mécréante si elle est libre de son corps par exemple, l’oppressant toujours d’avantage, en en faisant un être inférieur.

D’ailleurs, nous pouvons nous demander pourquoi, jusqu’à l’heure actuelle, nous ne trouvons aucune femme prophète ou même à la tête des affaires religieuses dans toutes les religions et dans tous les pays ? Bien que concernée par la religion, elle reste absente dans la direction et les décisions, l’homme s’exprimant et décidant à sa place, comme avec le port du voile ou du nikab par exemple.

  • La guerre

Toujours dans une démarche de contrôle et d’emprise de la femme, l’homme a inventé la guerre. Il sait effectivement que la femme, plus sage et juste, ne prendrait pas les armes pour se battre et tuer, d’autres solutions bien plus pacifiques existant.

Heureusement que la science est là. Elle démontre actuellement avec des images neuroradiologiques à l’appui que le cerveau de la femme est complètement différent de celui de l’homme, qu’il murit précocement par rapport à celui du garçon, qu’il fonctionne différemment, qu’il possède des compétences cognitives qui dépassent celles de l’homme.

Il serait ridicule scientifiquement de dire que la femme est inférieure à l’homme ou moins intelligente que lui. D’ailleurs, les résultats scolaires et universitaires montrent  bien en chiffre la supériorité de la fille par rapport au garçon.

Imaginons maintenant si le monde était géré uniquement par les femmes, pensez-vous que nous aurions des guerres, de la pauvreté, de la misère, de la dictature, de l’analphabétisme, de l’injustice sociale et bien d’autres souffrances?

 

Docteur Jaouad Mabrouki
Expert en psychanalyse de la société marocaine et arabe
Psychiatre, Psychanalyste
Ecrivain, Artiste peintre

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Pour le marocain, la blancheur de la peau est la Beauté !

Analyse du film « Parasite » de Bong Joon Ho

Au Maroc, l’espoir peut-il attendre