Malgré la récente escalade, le gouvernement marocain est prêt à ouvrir un dialogue direct et « franc » pour sortir de l’impasse avec l’Algérie.

22 décembre 2020 - 06:22

Rabat – Le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani déclare que le Maroc est prêt à ouvrir ses frontières avec l’Algérie sans aucune condition

Lors d’une interview diffusée samedi sur la chaîne Al Sharq, El Othmani a déclaré que le Maroc est prêt à clore le dossier des frontières lorsque les Algériens seront prêts.

Le responsable marocain a rappelé l’appel à la paix du roi Mohammed VI pour mettre fin à l’impasse avec l’Algérie, qui n’a pas encore répondu à l’offre de dialogue du Maroc.

Le 6 novembre 2018, le roi Mohammed VI a invité l’Algérie à engager un dialogue « franc et direct » pour sortir de l’impasse entre Rabat et Alger

L’appel du Roi comportait également un appel au rétablissement de liens diplomatiques complets et à la réouverture des frontières entre les deux pays.

Le Roi a renouvelé son offre de dialogue dans des discours ultérieurs, dans l’espoir de sortir de l’impasse politique et diplomatique qui existe depuis longtemps entre les deux voisins.

Mais il n’y a pas eu de réponse officielle de l’Algérie. Au lieu de cela, le pays continue à maintenir sa position traditionnelle d’opposition aux intérêts du Maroc et de remise en cause de son intégrité territoriale en soutenant et en finançant le Front Polisario.

Malgré l’absence de signes indiquant que l’Algérie va engager un dialogue avec le Maroc, Rabat semble toujours espérer que le dialogue bilatéral n’est pas complètement rompu avec une certaine partie du peuple et de la classe politique algérienne.

L’Algérie a décidé de fermer la frontière en 1994 après que le Maroc ait imposé une réglementation sur les visas aux visiteurs algériens à la suite d’un attentat terroriste à l’auberge Atlas Asni à Marrakech.

Le Maroc a levé l’obligation de visa en 2004, mais la frontière est restée fermée.

Ces dernières années, de nombreux militants et personnalités culturelles algériens et marocains ont appelé à « la paix et la réconciliation » entre deux « nations sœurs ».

Ils ont exhorté les autorités des deux pays à rouvrir les frontières, arguant que cela servirait la cause de longue date de l’unité, de la stabilité et de la prospérité du Maghreb.

Au début de cette année, l’Institut marocain d’analyse politique (MIPA) a constaté que 89% des Marocains souhaitent la réouverture des frontières avec l’Algérie.

Les statistiques du MIPA sont basées sur des entretiens avec 1 200 personnes de différentes catégories démographiques au Maroc, entre le 15 octobre et le 30 décembre 2019.

Malgré les sentiments extrêmement positifs des Marocains à l’égard de leurs « frères algériens », il va sans dire que les tentatives hostiles répétées de l’Algérie contre le Maroc dérangent la plupart des Marocains.

La dernière tentative hostile et anti-Maroc d’Alger a eu lieu la semaine dernière, vendredi, lorsque le ministère algérien des affaires islamiques a appelé les imams à discuter du Sahara occidental et de la cause palestinienne dans leurs sermons de vendredi.

Ce geste hostile, qui semblait être une réaction à l’annonce de la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, visait à susciter davantage de sentiments anti-marocains parmi les Algériens.

Au milieu des accusations tendues de « trahison » de la cause palestinienne, le Maroc reste inflexible sur le fait que sa position sur la question palestinienne est un soutien « de principe » à la solution de deux Etats.

Rabat a jusqu’à présent réfuté toutes les rumeurs et accusations de « trahison » de la cause palestinienne pour le soutien américain au Sahara occidental.

Quelques heures après la nouvelle de l’accord Maroc-Israël, Mohammed VI a rassuré les dirigeants palestiniens en leur disant qu’aucune mesure n’affecterait la position de principe de Rabat pour défendre l’indépendance de la Palestine et les droits légitimes de son peuple.

 

Article écrit Par Safaa Kasraoui-22décembre 2020 (https://www.moroccoworldnews.com/2020/12/329344/unesco-world-heritage-sites-in-morocco/ )Traduit par Sahar NASRY-22 décembre 2020

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

L’ADII lance son plan stratégique 2020-2023 visant à renforcer le climat de confiance

Les familles des naufragés de l’usine de Tanger appellent à l’aide et se plaignent de l’ignorance de l’Etat

Diouri exploite les souffrances de pauvres citoyens pour améliorer  l’image de son groupe « Mutandis »