Le Conseil des Ouléma réglera-t-il la controverse juridique sur le cannabis?

05 mars 2021 - 08:35

Le journal « Al  Oâmk » a appris de sources bien informées, vendredi, que le Conseil Supérieur des Oulémas pourrait intervenir dans la polémique concernant le projet de loi relatif à l’usage légal du cannabis.

Cette instance pourrait, en effet, selon ses prérogatives donner son avis afin de régler la question du point de vue de la charia.

Le Conseil supérieur des Oulémas, créé par le dahir n°1.80.270 du 3 joumada II 1401 (08 avril 1981) et réorganisé conformément aux dispositions du dahir n°1.03.300 du 2 rabii I 1425 (22 avril 2004) est placé sous la tutelle du roi et dirigé par M.Mohammed Yssef.

Il a pour mission, notamment, «d’étudier les questions qui lui sont soumises par le roi Amir Al Mouminine, et de transmettre à l’instance chargée de la consultation religieuse (fatwa) les demandes concernant les questions qui lui sont soumises aux fins de les étudier et d’émettre des consultations à leur sujet ».

Le gouvernement a annoncé hier, le report de la discussion de ce projet de loi à une «réunion ultérieure» dont la date n’a pas été fixée.

Ce texte suscite une large controverse notamment au sein du Parti de la justice et du développement (PJD) dont l’ancien secrétaire général et président du gouvernement, Abdelilah Benkirane, menace de quitter définitivement le parti si le projet est voté au parlement.

Pour rappel, ce projet de loi n°13-21 prévoit la création de l’Agence nationale pour la légalisation des activités afférentes à cette culture. Cette entité publique se chargera de la mise en œuvre de la stratégie de l’État en termes de culture du cannabis, de ses circuits de production, de fabrication, de transformation, de commercialisation et d’acheminement ainsi que son export et import à des fins médicales et pharmaceutiques

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Décès de la Princesse Lalla Malika

Le Conseil de Bank Al-Maghrib reporté au 13 octobre prochain

Corruption : l’ancien Premier ministre algérien Noureddine Bedoui placé sous contrôle judiciaire