Ramid répond à Benkirane: vous « libres de rompre » avec moi et je suis prêt à un débat sur le cannabis

12 mars 2021 - 11:06

Dans une déclaration exclusive au journal « Al Oâmk », le ministre d’Etat et leader du PJD Mostaph Ramid a indiqué que « les gens sont libres et chacun a le droit de rompre ses liens avec qui il veut », et qu’il était prêt à un débat public autour du projet de loi controversé sur le cannabis.

Il s’agit de la première réaction à la décision prise par Abdelilah Benkirane de rompre ses relations avec 4 leader du PJD dont Mostaph Ramid et de geler ses activités au sein du parti, en réaction à l’adoption par le gouvernement de ce projet de loi.

«Avec tout le respect que je dois a notre frère Benkirane, les sœurs et frères du parti et le grand public ont le droit de connaître les raisons qui sont derrière cette décision et comment elle a été prise », nous a déclaré Mostaph Ramid.

Et d’jouter: «Puisque que notre frère a lié sa décision à mon nom et aux noms d’autres ministres, je vais bientôt expliquer en détail les raisons qui me poussent à défendre ce projet de loi relatif aux usages légaux du cannabis, et je suis prêt à débattre publiquement avec n’importe qui sur cette question ».

Dans un texte écrit et publié jeudi sur sa page Facebook, Abdelilah Benkirane avait décidé de rompre ses liens avec quatre membres imminents du parti et du gouvernement: Saadeddine El Othmani, Mostaph Ramid, Aziz Rabah, et Mohamed Amakraz et de geler ses activités au sein du parti.

Le projet de loi n° 13.21 vise à soumettre les activités liées à la culture, la production, la transformation, le transport, la commercialisation, l’exportation et l’importation du cannabis et de ses produits à un système de licence.

Il prévoit la création d’une Agence nationale chargée de la coordination entre tous les secteurs gouvernementaux, institutions publiques et partenaires nationaux et internationaux afin de développer une filière agricole et industrielle traitant du cannabis. Ce qui ouvrira, selon le projet, la voie aux agriculteurs pour s’inscrire dans des coopératives agricoles, avec l’obligation de livrer les récoltes aux entreprises manufacturières et exportatrices. Toute infraction est passible de poursuites et de sanctions.

Ce projet suscite, depuis des semaines, une large polémique au sein de la majorité et du parti qui la dirige. Abdelilah Benkirane avait, ainsi, menacé de geler ses activités au sein du parti et de le quitter, définitivement, si ses parlementaires votaient en sa faveur.

Le Secrétariat général du PJD (la direction) avait appelé, en début de semaine, à élargir le débat public à ce sujet en vue d’élaborer une étude d’impact.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Covid-19: Plus de 860.000 personnes ont reçu la 3ème dose

Revenus des sportifs: Le PLF-2022 propose la révision de l’abattement forfaitaire

Le complexe commercial « M Avenue » ouvre ses coulisses à Marrakech