Akhannouch: «Argent et pouvoir», un slogan venu d’Egypte pour empêcher les businessmans d’entrer en politique

12 mai 2021 - 11:39

Le président du Rassemblement National des indépendants (RNI) Aziz Akhannouch s’est déclaré contre les slogans et les critiques dont il est l’objet faisant le lien entre l’argent et le pouvoir dans son parcours. « Dans les plus anciennes démocraties du monde, on trouve des gens qui sont venus du secteur privé et du milieu des hommes d’affaires » a-t-il déclaré, soulignant que « la constitution marocaine n’empêche aucun entrepreneur ou homme d’affaires de s’engager dans la politique ».

Le slogan contre « l’argent et le pouvoir » a été « importé d’Egypte, de Tunisie et des Frères musulmans, dans le but d’empêcher les personnes qui réussissent dans leur carrière d’entrer en politique et de contribuer au développement de leur pays grâce à leurs compétences », a déclaré Akhannouch mardi soir lors d’un débat public.

S’exprimant lors du conférence organisé par la Fondation Al Faqih Titouani à Salé, autour des « programmes des partis politiques: Pari électoral et attentes de la société», le leader du RNI a souligné que les hommes d’affaires sont l’une des composantes de la société marocaine et ne peuvent être empêchés d’exercer leurs droits et devoirs politiques. Il s’est vivement attaqué à ses détracteurs.

Ces derniers, a t il estimé, ont « un problème avec le succès que j’ai pu obtenir dans la gestion du secteur de l’agriculture et de la pêche maritime durant 14 ans », des succès importants obtenus grâce aux efforts fournis et sans aucune visée politique. Citant l’exemple du dessalement de l’eau de mer et de l’irrigation des terres agricoles, il a indiqué que ce projet a coûté 4 milliards de dirhams, et a permis de préserver 100000 emplois et d’économiser 9 milliards de dirhams d’investissements agricoles.

Il a également donné l’exemple d’un barrage dans le bassin d’irrigation de Fès Saiss, soulignant que dans toutes ces régions son parti ne dispose d’aucun parlementaire.

« Quand nous réalisons des projets importants, nous ne demandons pas aux gens d’adhérer à notre parti … Nous avons accordé des aides à 730000 agriculteurs, Est-ce qu’on leur a offert des cartes du parti en contrepartie ? », s’est il interrogé.

Pour Akhannouch, les raisons des attaques qu’il subit résident dans «le succès des projets sectoriels qu’il supervise, un succès qui renforce l’attractivité de son parti auprès d’un grand nombre de citoyens». S’adressant à ses détracteurs, il a dit : « Soyez de vrais hommes. Reconnaissez, au moins, les bienfaits et dites que ce monsieur a été un homme qui nous a rendu service ».

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Aérien: 42 compagnies reprendront leurs activités au Maroc

La chaîne d’information « France 24 » interdite en Algérie.

RAM: Dispositif « exceptionnel » et « historique » pour faciliter le retour des MRE