Nous devons défendre les progrès en matière d’égalité des sexes après la pandémie de COVID-19

24 mai 2021 - 06:14

les femmes et les filles ont payé un prix disproportionné de la fermeture économique pendant la pandémie, en particulier dans les économies en développement – nos politiques doivent empêcher que cela ne devienne la nouvelle norme, soutient Ouafa Haji.

La semaine dernière, l’Internationale Socialiste des Femmes a tenu sa toute première réunion virtuelle du Conseil international. Depuis 1907, nous organisons des rencontres internationales pour les femmes en politique du monde entier. Nos réunions ont toujours offert une plate-forme pour partager des connaissances sur les défis liés au genre que les membres rencontrent au sein de leurs partis, régions et pays.

L’année dernière, cependant, COVID-19 a menacé de mettre un terme à notre travail. Alors que la gravité de la pandémie augmentait et que le nombre de morts augmentait rapidement, cela nous a obligés à un verrouillage et nos réunions ne pouvaient plus continuer – une préoccupation majeure. Depuis 100 ans que nous opérons, nous n’avons été contraints à une pause que deux fois: pendant les deux guerres mondiales. La technologie et les progrès actuels de la visioconférence nous ont toutefois permis de rester en contact cette fois-ci.Nous avons donc tenu une réunion du Conseil mondial la semaine dernière avec un éventail d’éminents orateurs mondiaux sur la façon de réinventer notre avenir après le COVID-19.

Égalité des sexes

Il est maintenant clair que le COVID-19 est un problème à long terme et pour sauvegarder la santé de tous, nous devons réinventer notre avenir. En un peu moins d’un an, COVID-19 a changé notre façon de voyager, notre façon de travailler, le fonctionnement du tourisme, nos économies, le commerce mondial et bien plus encore. À un certain niveau, vous pouvez dire que le virus a eu un impact positif, car les gens repensent leurs priorités et regardent comment ils peuvent vivre de manière plus ciblée et en accord avec leurs valeurs. Nous sommes devenus plus consciencieux à propos de notre environnement et nous sommes nombreux à changer nos modes de vie, à adopter de meilleures habitudes alimentaires et de sommeil et à faire de l’exercice. Tous ces changements positifs contribueront, j’en suis convaincu, à faire de notre monde un endroit meilleur et plus sain pour tous.

Mais en tant qu’organisation politique internationale de femmes, nous avons également été témoins du côté négatif du COVID-19 et de l’impact disproportionné des femmes et des filles, notamment en ce qui concerne la pauvreté, le chômage et la violence domestique.

La crise a également mis en lumière la triste réalité du grand fossé entre les nations les plus riches et les plus pauvres. Dans le monde en développement, la plupart des femmes ont tendance à travailler dans le secteur informel, qui est durement touché par les restrictions, ce qui réduit considérablement le revenu des femmes. En l’absence d’avantages sociaux ou de protection dans certains de ces pays les plus pauvres, les femmes sont poussées davantage dans la pauvreté et les difficultés.

Les voyages et le tourisme ont également été considérablement touchés par la pandémie, affectant par conséquent les économies et les moyens de subsistance de nombreux pays, en particulier les pays en développement qui dépendent du tourisme comme principale source de revenus. Là encore, cela a eu un effet néfaste sur l’égalité sur le marché du travail, car le tourisme est un secteur de services à forte intensité de main-d’œuvre qui emploie des millions de femmes dans le monde.

Avec les fermetures d’écoles et les restrictions de voyage toujours en place dans de nombreuses régions du monde, les femmes assument également la plus grande partie de la responsabilité de la garde des enfants et de la prise en charge des autres membres de la famille, qui ont besoin de soutien tels que les personnes âgées ou handicapées, ce qui a un impact supplémentaire sur la capacité des femmes à se concentrer. sur eux-mêmes, leur bien-être et leurs revenus.

Accès aux vaccins

L’accès aux soins de santé et la vaccination contre le COVID-19 était un autre sujet crucial abordé lors de notre réunion de la semaine dernière. Avec des pays plus riches mettant en œuvre des stratégies pour vacciner leurs citoyens et des pays plus pauvres à la traîne, cette inégalité est claire car ces derniers ont eu du mal à fournir des soins de santé adéquats, même avant Covid.

Sous-financés et manquant de ressources, les systèmes de santé ont été soumis à une pression immense face à l’augmentation des infections et des décès causés par la pandémie. Si nous voulons améliorer la santé et le bien-être de tous, il est impératif que les gouvernements, les organisations internationales et les organisations humanitaires mondiales s’attaquent de toute urgence à ce fossé entre les nations les plus riches et les plus pauvres.

Les nombreux impacts du COVID-19 sur les femmes et les filles des pays en développement ralentiront les progrès en matière d’égalité des sexes au cours des dernières décennies. Nous pouvons cependant atténuer ce résultat, si nous prenons des mesures immédiates pour évaluer le plein impact du COVID-19 sur les femmes et les filles du monde entier et formulons des recommandations concises et efficaces pour réduire le bilan et améliorer les mécanismes d’adaptation pour de nouvelles façons de vivre dans la foulée. de cette pandémie.

Atténuation

En tant qu’organisation politique de femmes, accroître la participation politique et l’influence des femmes a toujours été notre objectif principal. Pour aller de l’avant, plus que jamais, il est essentiel que les femmes participent pleinement et activement à la prise de décision concernant le financement actuel et futur et la mise en œuvre de tous les mécanismes de protection civique et sociale, y compris la protection sociale, les soins de santé, la technologie et les droits de propriété. , les avantages sociaux, les pratiques de rémunération et de retraite et le soutien financier des femmes à la fois à la maison et dans leur vie professionnelle.

Il existe de nombreuses façons de garantir que les femmes sont soutenues et disposent des connaissances, du temps et de la liberté personnelle et financière pour s’engager politiquement en ces temps de COVID-19 et ainsi réinventer leur avenir. Les options possibles comprennent l’encouragement des entreprises à offrir aux parents qui travaillent des options de garde d’enfants, des modalités de travail flexibles et des congés de maternité et de paternité convenablement rémunérés; l’augmentation des ressources gratuites de garde d’enfants et le soutien aux aidants à domicile non rémunérés; fournir un soutien financier public favorable aux femmes entrepreneurs et aux micro-entreprises appartenant à des femmes; fournir un accès à faible coût ou gratuit aux technologies de l’information et de la communication essentielles telles que les téléphones portables et les ordinateurs, ainsi qu’un accès à Internet et garantir que toutes les femmes et les filles ont accès à une éducation et à une formation de bonne qualité.

En attendant, l’Internationale Socialiste des Femmes continuera d’être une plateforme dans laquelle nos membres peuvent se réunir pour aborder à la fois les problèmes immédiats auxquels les femmes et les filles sont actuellement confrontées en raison de la pandémie ainsi que leurs besoins futurs alors que nous progressons pour réinventer et s’adapter à ce nouveau mode de vie.

Réinventer notre avenir après le COVID-19 ne sera pas facile et direct pour tous, certains pays sont mieux préparés que d’autres, mais l’histoire a montré que nous pouvons revenir et prospérer après n’importe quelle adversité. Mais pour le bénéfice de toute notre famille mondiale, nous devons en permanence plaider en faveur des changements dont nous avons besoin pour créer des sociétés égalitaires entre les sexes.

Ouafa Hajji
Présidente de l’Internationale Socialiste des Femmes .

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

L’intercommunalisation des territoires ruraux : un levier de développement et de résilience

Envoyer ses enfants à l’école ne va pas de soi

Les raisons d’adhérer aux minorités religieuses ?