Les élections du 8 septembre, un rendez-vous à ne pas manquer

05 septembre 2021 - 10:09

La campagne électorale touche à sa fin. Dans quelques jours, voire quelques heures, nous serons tous appelés à accomplir notre devoir de citoyen pour choisir celle ou celui qui mérite notre confiance. Ce moment électoral n’est pas ordinaire.  Il compte énormément dans la vie de notre  pays et de notre peuple. Car au sortir des urnes et après avoir effectué le comptage des voix, on saura  l’identité de celles et ceux qui seront élus soit  pour siéger au parlement, soit  pour avoir un siège au conseil régional et au conseil communal. Qui  plus est, on saura le nom du prochain candidat à la chefferie du gouvernement et le profil de la nouvelle majorité. Fait inédit, c’est pour la première fois, le  calendrier électoral aidant,  qu’on organise trois consultations  différentes dans le même jour. Pour la première fois également, le vote se déroule en dehors du vendredi. On aura bien sûr toute la latitude pour évaluer ces changements pour savoir ce qu’ils ont apporté de bon pour notre pays et  relever  leurs  limites afin de rectifier le tir à l’avenir.

 Mais ce qui a marqué le plus ces élections, outre l’adoption d’un nouveau quotient électoral,  c’est le fait qu’elles se soient déroulées dans un contexte extrêmement difficile, celui  de cocid-19 avec toutes les contraintes  et restrictions dues au  respect des mesures préventives édictées par les autorités. Il aura fallu  aux partis politiques en lice   de s’y adapter. A ce niveau, nous pouvons dire que ces partis ont pu relever le défi  en mettant à profit les acquis du numérique et de l’expérience acquise en matière de travail à distance. Ainsi,  dans les  zones urbaines, nous avons  assisté à un recours massif à l’usage des réseaux sociaux pour faire connaitre  les candidats et les programmes des différents partis politiques.  Il ne manquera que l’usage du  vote électronique  pour être en harmonie avec ces mutations qualitatives.  Si les conditions ne sont pas encore réunies pour franchir ce pas,  Il n’est pas exclu, au rythme avec lequel la société se numérise, de faire ce saut au cours des prochaines  élections.

Tout le monde attend les résultats définitifs de ces consultations notamment  au  niveau des législatives. En l’absence de sondages fiables,  chacun y va de  ses propres pronostics, en donnant libre  cours à son imagination et à ses préférences.  De notre point de vue,  nous pensons que ces consultations se joueront sur la base de deux variables qui sont pour le moment des inconnues : le taux de participation et le vote sanction.

  Concernant le taux de participation,  il y a des éléments  qui plaident pour un taux élevé et des éléments  qui  plaident pour le contraire. Si on arrive à égaler, voire  dépasser le taux de 2015 (élections locales) et de 2016 (législatives),  ça serait une prouesse pour le pays et un coup de pouce  pour les partis appartenant à la mouvance démocratique de gauche.  Car, faut-il le rappeler, ce sont les partis de gauche, qui  ont le plus pâti de l’abstention. Les partis de droite généralement riches et bénéficiant de soutiens  massifs  des milieux de l’argent, comptent sur le marché en recrutant des intermédiaires spécialisés dans « l’achat des voix ».  De tels  « partis » n’ont même pas besoin de militants : juste une enseigne et l’argent fait le reste. C’est monnaie courante au cours des dernières législatures. Et il semble aujourd’hui, d’après les informations qui circulent à ce sujet, que  ce marché  électoral,  ait atteint des proportions inédites. C’est à celui qui mise le plus de rafler la mise. Pour les organisations    relevant de  la mouvance islamiste, elles ont  aussi leurs propres  moyens de séduction : la bienfaisance et autres techniques  « anesthésiantes » de la conscience sociale.

Pour ce qui est du vote sanction, eu égard à la confusion du paysage politique et à la motivation du vote, il est généralement limité. Il ne peut venir que des électeurs appartenant à la classe moyenne et aux personnes éclairées de la société. Or,  ce sont ces milieux qui alimentent jusqu’à présent les rangs des abstentionnistes.  Avec deux millions de nouveaux inscrits  sur les listes électorales, en majorité des jeunes,  peut-on s’attendre  à un sursaut   qui  serait de nature à créer la surprise et à chambouler l’ordre partisan existant ?

C’est là où réside le grand enjeu de ces élections. Il faut que l’ensemble des électrices et électeurs se rendent à l’évidence que la voix de chacun compte et que  l’abstention ne fait que servir les ennemis de la démocratie  et de ceux qui se nourrissent du sang et de la sueur du peuple. Faut-il rappeler   que le droit du vote n’est devenu   un  acquis  démocratique qu’après de longues et âpres  luttes ayant  conduit parfois à l’effusion du sang.  Et il est bien regrettable de ne pas  s’en servir comme il se doit. 

Boycotter les élections, sous prétexte que les jeux sont pipés,  que les  élus n’ont pas de pouvoir réel, ou que tous  les partis seraient  domestiqués et  ne servent plus à rien … n’est pas une position   fondée et soutenable.  Au contraire,  c’est en votant et en s’exprimant massivement que la volonté populaire s’imposera, que l’on pourra  combattre toutes les dérives constatées ici et là, que l’on parviendra à barrer la route aux acheteurs des voix et aux vendeurs des illusions.   La démocratie parfaite n’existe nulle part. C’est un combat permanent et un  processus qui connait des moments de flux  et de reflux, des avancées et des reculs. La veille et la vigilance doivent être de mise. Le changement est à ce prix. En empruntant la seule voie démocratique aussi sinueuse  soit-elle.  Celle-ci passe nécessairement  par les urnes. Voilà  un rendez-vous avec l’Histoire à ne pas manquer !

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Solitude de l’univers et mystères du monde

UN DERNIER CINÉMA POUR LE COUVRE-FEU ?

L’alternance démocratique a-t-elle été fatale à la mouvance islamiste PJD ?