Un rapport médical falsifié et des soupçons de corruption au sein d’un hôpital à Sidi Kacem

24 janvier 2022 - 03:54

Le service de radiologie de l’hôpital régional de Sidi Kacem a, récemment, vécu au rythme de la falsification d’un rapport médical qui a révélé l’existence de plusieurs dysfonctionnements au sein de ce service.

Des sources informées ont indiqué au journal « Al Oâmk Al Maghribi » qu’un faux rapport médical avait, ainsi, conclu qu’un patient ne souffrait d’aucune maladie et que son examen radiologique était « normal ». Alors qu’en réalité, le résultat de cet examen indique, clairement, que le patient est atteint d’un cancer de stade avancé.

Selon nos sources, cette affaire est liée à l’usurpation d’identité d’une docteure spécialisée en radiologie par un employé qui occupe le poste de technicien en radiologie au sein de ce service.

La docteure en question a été surprise de trouver sa signature falsifiée apposée sur le rapport et a menacé de porter l’affaire devant la justice.

Face aux menaces, la direction de l’hôpital décide, alors, de constituer une commission d’enquête mais aucune décision n’a été prise pour le moment ce qui ressemblerait à une tentative de camoufler le problème.

Ce scandale a, par ailleurs, mis en lumière d’autres dysfonctionnements témoignant du mépris et de l’indifférence par lequel certains fonctionnaires traitent la santé des citoyens dans le service de radiologie.

Les sources du journal « Al Oâmk Al Maghribi » parlent, en effet, de soupçon de corruption étant donnée que l’administration n’exige que la moitié de l’argent dû par les malades hospitalisés mais sans leur remettre de reçus de paiement. On évoque également un système d’utilisation frauduleuse des cartes RAMED en échange d’argent.

En raison de ce chaos persistant et de l’indifférence du directeur de l’hôpital, une docteur en radiologue (Dr HZ) a décidé, le mois dernier, de quitter son poste d’une manière définitive.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Démantèlement d’un gang en Turquie qui forçait les femmes marocaines à se prostituer

La crise de l’eau s’intensifie dans les villages de Zagora et les activistes tirent la sonnette d’alarme

ADM continue de « faire chanter » les Marocains pour acquérir Jawaz et sème le chaos