Un rapport liste les lacunes du programme « Forssa »

22 mars 2022 - 03:00

Un rapport préliminaire sur le programme « Forsa » publié par le Centre Al Hayat pour le développement de la société civile et le Government Work Monitor a critiqué l’ambiguïté qui caractérise le programme gouvernemental récemment annoncé, ainsi que la faible communication médiatique à son sujet.

Le rapport s’arrêtait sur un certain nombre de lacunes et de défauts, dont principalement l’ambiguïté de la procédure de sélection, et l’absence de clarification des conditions d’octroi, compte tenu de la stipulation du programme sur la multiplicité des secteurs économiques couverts par les projets candidats.

A cela s’ajoutent la faiblesse de la communication médiatique, et l’absence de mécanismes de sensibilisation et de mobilisation autour du programme, surtout au vu de la date urgente de lancement du programme.

Le rapport met en garde contre la poursuite de l’approche traditionnelle de mobilisation et de repérage, en s’appuyant sur des dispositifs territoriaux et des pouvoirs publics aux missions multiples.

Il a également noté qu’il existe une ambiguïté dans la décision d’attribuer le leadership du programme à la Société Marocaine d’Ingénierie du Tourisme, compte tenu de la présence des institutions nationales spécialisées dans les questions d’investissement et compte tenu de leur faible implantation territoriale, avec la présence d’un flou concernant les institutions économiques partenaires du programme, notamment en ce qui concerne l’octroi des prêts, les conditions d’obtention et les taux d’intérêt.

Le rapport exprime la crainte de la dominance de la logique bureaucratique dans la gestion des processus de traitement des dossiers, à la lumière de la multiplicité des niveaux de gouvernance, et le chevauchement des tâches, appelant également à prêter attention à la faiblesse de la structure d’accompagnement et l’orientation liée au programme au niveau territorial.

Ainsi, le rapport appelait à adopter des procédures de gestion plus fluides, de rechercher des possibilités de gestion éloignées de la logique administrative bureaucratique et de renforcer la dimension électronique adoptée par le programme dans la réception et le traitement des demandes des porteurs de projets.

Il a également recommandé de travailler davantage sur l’aspect communicatif et informatif du programme, afin de permettre une compréhension et une explication de ses différents contenus et objectifs pour les différents segments de la société, et de travailler sur la création de mécanismes spécialisés dans la mobilisation, l’accompagnement et l’orientation du programme.

De plus, le rapport appelle à surmonter les obstacles liés à l’implantation territoriale inexistante de la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique, en imposant des mécanismes de convergence avec les différentes institutions et établissements publics concernés .Il a insisté sur la nécessité de mettre en place un dispositif de formation sur les méthodes de gestion des entreprises comme troisième dispositif, qui s’ajoutera au dispositifs d’accompagnement et de financement, et de privilégier l’octroi de l’aide aux projets innovants à valeur ajoutée, capables de fournir des emplois.

D’autre part, le rapport a salué la rapidité avec laquelle le gouvernement a tenu ses engagements en termes d’incitation à l’investissement, de promotion du tissu entrepreneurial, de réhabilitation des infrastructures d’investissement et de création de nouveaux horizons pour les porteurs de projets, notamment en matière de diversification des sources de financement.

Il a également loué l’orientation économique du programme, ses répercussions sur la structure de l’investissement, et le renforcement du tissu entrepreneurial marocain, notamment les PME, et les multiples possibilités qu’il offre pour incuber des projets, ainsi que les perspectives et solutions prometteuses qu’il met au service des porteurs d’idées d’investissement innovantes. Le rapport a également valorisé l’importance de l’enveloppe financière estimée à 1,25 milliard de dirhams au cours de l’année 2022, pour accompagner les porteurs de projets qui bénéficient du programme.

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Soins apportés aux enfants: les femmes y passent 5 fois plus de temps que les hommes (HCP)

Le PLF-2023 consacre les engagements du programme gouvernemental (ministre)

Le projet du Gazoduc Nigeria-Maroc est sur la bonne voie (Amina Benkhadra)