La Mosquée de Paris est marocaine ou n’est pas

29 avril 2022 - 10:00

Les dispositions de « l’accord de paix et de commerce », signé entre le sultan Mohammed ben Abdallah et le représentant de l’État français en mai 1767, ont inspiré le fondement de l’idée de construire la mosquée de Paris, plus précisément le chapitre 11 de cet accord, qui garantit la liberté religieuse pour les Français et les Européens au Maroc et la liberté religieuse pour les fidèles de l’empereur du Maroc lors de leur présence en France… En plus des lettres de rapprochement en matière religieuse entre le général Napoléon et le sultan Moulay Slimane (août 1798), jusqu’en mai 1824, date où Moulay Abderrahmane (1822-1859) confirmera la volonté de construire une mosquée en France.

Certains documents des archives françaises témoignent des tentatives françaises unilatérales au XXe siècle de construire une mosquée qui n’ont pas abouti, les Musulmans n’ayant pas accepté que ce soit construit par des « infidèles ou des non-croyants », la mosquée Laghouat en 1916 en est un exemple…

Mais le sage Maréchal Lyautey, Résident Général de France au Maroc et connaisseur des traditions et coutumes du royaume chérifien, va s’employer à inciter les responsables français à Paris à accepter de construire une institution islamique et une mosquée à Paris… Ce sera une reconnaissance envers les victimes musulmanes issues des colonies françaises et ayant donné la vie pour la défense de la liberté et de l’indépendance de la France pendant la Première Guerre mondiale, environ 70 000 soldats (morts) d’Afrique du Nord… on faisait alors face à deux problématiques majeures :

La première est la loi de 1905 de la séparation des Églises et de l’État et donc l’impossibilité pour l’État français de financer une mosquée pour musulmans sur le sol français avec les fonds du trésor public français, ce qui a été contourné en créant la « Société des habous des lieux saints de l’Islam » en 1917, qui recevra un emprunt de 500 mille francs après l’approbation du Conseil de l’Assemblée Générale en 1920… La société devra gérer l’Institut Islamique et la Mosquée de Paris…

Quant à la deuxième problématique, qui s’avère la plus complexe, elle se représente dans la « légitimité religieuse » ou la définition de la partie qui donnerait au projet une légitimité juridique, jurisprudentielle religieuse… et parce que les autorités françaises à Paris l’avaient appris avec certitude, que ce soit à travers des études historiques et sociales menées sur les peuples de la région, ou à travers les rapports de ses représentants officiels dans les colonies nord-africaines, qu’ils soient résidents généraux, gouvernants, chefs militaires, écrivains ou penseurs…… La Mosquée de Paris sera marocaine ou ne sera pas…

Les colonies françaises en Afrique du Nord étaient soit des régions entièrement françaises comme le département d’Algérie, soit affiliées à l’Empire ottoman comme c’est le cas de la Tunisie, ou le « khatib » fait le sermon de la prière du vendredi au nom du sultan ottoman…

Les responsables français ont alors eu besoin du sultan alaouite Moulay Youssef, et des fonctions spirituelles et religieuses dont il jouissait, étant le descendant de l’arbre prophétique et le commandeur des croyants en plus de son influence sur les zaouias qui s’étend aux profondeurs du continent africain…

Ainsi, le poids du sultan Moulay Youssef était la pierre angulaire du plaidoyer du Maréchal Lyautey et du gouvernement français pour la construction d’une institution islamique et d’une mosquée au cœur de Paris afin de redorer l’image de la France coloniale auprès des peuples musulmans d’une part…

Et d’autre part, pour rendre hommage à ceux qui ont versé leur sang sur le sol français pour la liberté et la dignité des Français lors la Première Guerre mondiale (1914-1918) … une guerre à laquelle ont participé environ 600 000 soldats des colonies françaises et dont la moitié était issue des Pays d’Afrique du Nord… Leur identité a été sûrement respectée avec ce qu’elle recelait en particularités et traditions, telles que servir de la nourriture halal, inhumer les corps selon les rituels islamiques ou accomplir la prière dans un lieu dédié annexé à l’hôpital en 1916… mais ce n’était pas leur guerre…

C’est ce qu’avait dit l’ancien président français François Hollande dans son discours lors de la célébration du centenaire de la Première Guerre mondiale en novembre 2014, lorsqu’il a déclaré : « Ceux qui ont participé à une guerre qui ne serait pas la leur… ». La contribution des soldats marocains y a été forte et effective, car leur nombre a dépassé les 40 000 qui avaient participé à toutes les batailles décisives, telles que « La Marne », « Artois », « Champaigne » et « Verdun » et bien d’autres où des dizaines de milliers de soldats marocains sont tombés pour la libération de la France…

Il a été alors nécessaire d’employer les symboles d’institutions religieuses qui ont eu un impact particulier sur l’esprit et la conscience des musulmans, et parmi elles une institution des habous islamiques. La Société des Habous et Lieux saints de l’Islam a ainsi été créée en 1917 avec à sa tête « Si Kaddour Benghabrit » qui était ministre du sultan marocain…

Bien qu’il soit né dans la ville de Tlemcen (1868-1954), Si Kaddour Benghabrit a fait ses études à l’Université d’Al-Qarawiyyin à Fès. Il excellait dans le domaine de la traduction car il avait une institutrice franco-arabe à Tanger en 1904. Et puisque le sultan Moulay Abdelaziz avait accordé la nationalité marocaine en 1895 à tous les Algériens résidant au Maroc pour les protéger du colonisateur français, on peut donc confirmer que « Si Kaddour » avait la nationalité marocaine et n’était pas un étranger…

A ce titre, il a occupé de hautes fonctions à la cour du sultan marocain, dont celle de ministre, ce qui a facilité sa nomination à la tête de la Société des Habous et Lieux saints de l’Islam puis sa nomination à la présidence de la Mosquée et toutes ses annexes, tout cela sous l’autorité du Sultan marocain Moulay Youssef. Grâce à sa nouvelle position auprès du sultan, Si Kaddour s’échangeait des correspondances avec le résidant général au Maroc, le Maréchal Lyautey…

D’autre part, les archives historiques de la Mosquée de Paris sont riches de nombreuses correspondances échangées entre le sultan marocain « Moulay Youssef » et « Hussein chérif de La Mecque » confirmant l’achat par la Société des Habous et Lieux saints de l’Islam de biens immobiliers à La Mecque et Médine dédiées à l’hébergement des pèlerins maghrébins… ainsi que la collecte de dons pour construire une mosquée dans la capitale française Paris…

Les mêmes archives témoignent également de moments précieux, comme la singularité exclusive du sultan marocain dans la détermination de la « qiblah des fidèles » et le monopole de la nomination des imams et prédicateurs de la Mosquée de Paris… un rôle que lui confère sa qualité de Commandeur des Croyants et de détenteur de la légitimité spirituelle et religieuse…

Par conséquent, Si Kaddour a été nommé à la tête Société des Habous et Lieux saints de l’Islam uniquement parce qu’il officiait comme ministre à la cour du sultan marocain, et pour aucune autre raison. La nomination du premier l’imam et prédicateur de la mosquée de Paris est faite en la personne du juge marocain Tijani Ahmed Skirej sous l’égide de la légitimité spirituelle et religieuse du sultan Moulay Youssef…

Les autorités françaises ont tenu à conférer une légitimité religieuse islamique à la mosquée de la capitale française et à respecter les moindres détails, notamment dans sa construction et son architecture… C’est pourquoi le Maréchal Lyautey a mandaté des architectes du Maroc pour l’accompagner dans ce projet et fait venir environ 450 artisans traditionnels marocains pour reprendre l’esprit marocain qui s’exprime dans le zellij et tous ces détails des espaces marocains…

Bien entendu, la légitimité spirituelle et religieuse de la Mosquée de Paris ne sera pas totale sans la présence de son porteur le jour de son inauguration le 15 juillet 1926 où le Sultan « Moulay Youssef » avait assisté avec une délégation qui comprenait le ministre marocain des Habous « Ahmed Al-Jay » et le ministre « El Mokri » … Quant à la présence française le jour de l’inauguration, elle était porteuse de nombreux messages politiques et militaires forts, à travers la présence des hommes de premier rang de l’État français, à leur tête le président de la République française Gaston Doumergue et Edouard Herriot, président de l’Assemblée générale française qui était l’un des porteurs du projet de La Mosquée de Paris… en plus des hauts responsables militaires… ce qui reflétait l’importance de cette institution religieuse islamique (la Mosquée de Paris) dans l’agenda politique de la France face à ses colonies islamiques d’Afrique du Nord et des pays d’Afrique de l’Ouest…

La Mosquée de Paris reviendra au premier plan des événements pendant la Seconde Guerre mondiale, puisqu’elle deviendra un lieu de refuge pour les Juifs français… où « Si Kaddour Benghabrit », sous les instructions du Sultan Mohammed V, a soutenu les Juifs français, leur a remis des certificats et des cartes d’identité en tant que musulmans et leur attribué les sous-sols de la mosquée pour se cacher des soldats du gouvernement de Vichy … Entre 500 et 1 000 Juifs français ont été sauvés de l’Holocauste puisqu’ils n’ont pas été livrés aux nazis. Dans le même temps, le sultan marocain Mohammed V s’est abstenu de livrer les juifs marocains au gouvernement de Vichy, l’histoire retiendra sans doute sa célèbre déclaration : « Il n’y a pas de juifs. Il n’y a que des citoyens marocains ».

Les problèmes juridiques, politiques et idéologiques qui découlaient des relations de l’État français avec les affaires religieuses ont été surmontés par les dispositions de la loi de 1905, lors des procédures d’exécution et de construction de la mosquée de Paris et de son inauguration en 1926. Ceci grâce aux contributions de la municipalité de Paris et du gouvernement français et à la publication d’arrêtés exceptionnels… cet « impasse juridique » a été surmonté grâce au « mécanisme de consensus politique » …

Il faut aussi noter qu’on n’a pas fait mention à la loi de 1905 et qu’on a consenti des lectures amples de la laïcité et fourni des justifications sous le couvert de la culture et de la diversité quand on a voulu financer la « cathédrale d’Ivry », considérée comme la première cathédrale française à être construite au XXe siècle, avec des estimations de construction atteignant les 60 millions de francs français (environ 9,15 millions d’euros). Jack Lang, le ministre français de la Culture, a contribué à hauteur de 5 millions de francs français (762 000 euros) sous prétexte de créer un « Centre d’art sacré » à l’intérieur de la cathédrale… La liste des donateurs comprenait d’autres institutions gouvernementales telles que « la région Ile-de-France », la « Municipalité nouvelle » et d’autres volontaires… La cathédrale a été officiellement inaugurée en mai 1996 et le pape Jean Paul II l’avait visité l’année suivante…

Ou lorsque de très grosses sommes d’argent ont été allouées par des institutions publiques et des personnalités publiques françaises pour la restauration de la « Notre Dame de Paris » après l’incendie d’avril 2019… La cathédrale a été considérée comme patrimoine national et un humain dans le domaine de l’architecture et de l’histoire, ayant abrité de nombreux mariages royaux et l’investiture de l’empereur Napoléon Bonaparte en la présence du pape Pie VII….

Mais après tout cet effort intellectuel, juridique et politique pour édifier une institution islamique et la Mosquée de Paris avec tous ses organes, malgré les obstacles juridiques en vertu de la loi de 1905… être l’expression de l’hommage français à toutes les victimes de la Première Guerre mondiale, soldats de ses colonies dans les pays d’Afrique du Nord et de l’Ouest…

Et après tous les nobles desseins humanitaires et sociaux que la mosquée avait réalisés en des temps historiques sensibles… Elle a été spoliée par des parties étrangères qui n’avaient pas la légitimité religieuse et spirituelle pour laquelle le maréchal Lyautey, le Président de la République française et le Président du l’Assemblée générale de 1926 avaient plaidé … Des parties qui instrumentalisent la mosquée de Paris pour servir des intérêts politiques et des campagnes électorale… des parties qui ont défédérer les musulmans de France après que la mosquée de Paris ait été le lieu de leur union…

La grande Mosquée de Paris devient alors l’annexe du ministère des Affaires étrangères de cette partie… Et le président, l’imam et le prédicateur sont devenus de simples employés de ce ministère… Leur seule préoccupation est de rédiger des rapports, au lieu d’encadrer et d’éduquer les communautés musulmanes sur les principes de tolérance de la religion islamique, la coexistence et la défense de la liberté de croyance en tant que principe universel encadré par les traités internationaux des droits de l’homme…

Malgré cela, l’histoire, les correspondances, les dahirs chérifiens, la légitimité religieuse, l’architecture, le zellije disent de la plus haute voix que la Mosquée de Paris est marocaine ou n’est pas…

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Albares : La position de l’Espagne sur le Sahara « très claire » et « souveraine »

Lutte contre le terrorisme: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies « forte et fructueuse » (Bourita)

Variole du singe : première réunion à Genève du comité d’urgence de l’OMS