Entrée au territoire national: l’annulation du test PCR intervient après une étude approfondie (Baitas)

20 mai 2022 - 11:00

L’annulation de la condition du test PCR pour l’entrée au territoire national intervient après une étude minutieuse ayant pris en considération les craintes liées à une éventuelle rechute épidémiologique, a affirmé jeudi le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Le test PCR était obligatoire pour l’entrée au territoire national, a rappelé Baitas lors d’un point de presse à l’issue de la réunion du Conseil de gouvernement, relevant que l’allégement intervient après la réouverture des frontières terrestres et maritimes.

L’annulation de la condition du test PCR pour l’accès au territoire national fait suite à l’actualisation du protocole sanitaire appliqué dans ce cadre, a-t-il expliqué.

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale avait indiqué mercredi que les mesures sanitaires pour les différents points d’entrée au Maroc nécessitent désormais la présentation d’un passeport vaccinal valide contre le SARS-Cov-2, conformément au protocole national de vaccination, ou du résultat d’un test PCR négatif ne dépassant pas 72 heures.

Cette décision a été prise dans le cadre de l’actualisation du protocole sanitaire national pour les voyages internationaux, et au vu la stabilisation de la situation épidémiologique du Covid-19 au niveau national et international, avait souligné le ministère.

Le ministère a aussi rappelé qu’un passeport vaccinal valide signifie l’administration de trois doses ou, à défaut, deux doses dont le délai d’administration de la 2ème ne dépasse pas les quatre mois, à l’exception du vaccin Johnson & Johnson, où une seule dose équivaut à 2 doses des autres vaccins.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Des conflits cachés entre Ouahbi et Mansouri laissent présager une scission au sein du PAM

Le Chef du Gouvernement s’entretient avec le Premier Ministre belge

Habib Maliki présente sa démission de la Chambre des représentants