Abdel Rahman Youssoufi, l’homme de la synthèse maghrébine

30 mai 2022 - 11:30

Abderahman El Yousseefi est considéré comme une figure marquante de la lutte pour l’indépendance, la démocratie et le socialisme au Maroc. Combattant, baroudeur, avocat, chef de l’opposition et d’un gouvernement de transition.

 

El Youssefi était le chef d’orchestre dans l’opposition, il a choisi de rejoindre son Seigneur en silence à l’âge de 96 ans. Père-fondateur de l’indépendance et de l’idée maghrébine, son engagement est resté indéfectible depuis son engagement dans les rangs de la résistance jusqu’à son retrait de la vie politique. L’occupation ou les années de plomb et d’arrestation, puis les choix révolutionnaires et démocratiques, tout cela n’a pu limiter son influence sur les générations successives, ni réduire son autorité morale.

Abderahman El Youssefi, né à Tanger en 1924, rejoint les rangs de la résistance dans les régions française et espagnole qui se partagent le Maroc en 1912. Il rejoint le Parti de l’Indépendance en 1944 à Casablanca, l’année de la signature de l’acte d’Indépendance. Ce qui a éveillé la conscience nationale. D’origine modeste, le jeune El Youssefi a rejoint l’Armée de libération, accompagné de son commandant, Mohamed Al Basri, surnommé « Le Feqih ». Il a également fusionné avec le chef du parti, Mahdi Ben Barka, qui lui a enseigné les mathématiques au lycée Moulay Youssef de Rabat.

Expulsion de l’université de Paris

Dans les années cinquante du siècle dernier, il rejoint Paris pour étudier le droit avant d’en être expulsé à cause de ses activités anticoloniales, il revient alors à Tanger pour exercer la profession d’avocat et prendre en charge l’Ordre des Avocats et contribuer à la fondation de l’Union des avocats arabes défendant les droits des peuples à cette époque. Cette époque imposa El Youssefi comme cadre central de la résistance et allié de la révolution algérienne, puisqu’il lia les dirigeants du Front de libération algérien et feu le roi du Maroc, Mohammed V, et organisa la conférence unioniste du Maghreb arabe en 1958.

L’indépendance du Maroc a fait exploser les contradictions au sein du mouvement national qui lui ont fait adopter une clarté idéologique à travers l’Union Nationale des Forces Populaires, qui a défendu l’approche socialiste et la poursuite du mouvement de libération populaire. El Youssefi était avec les patriotes Mahdi Ben Barka, Abderahim Boubaid et Abdallah Ibrahim, les dirigeants de l’Armée de libération et des juristes éclairés comme « Cheikh al-Islam », le mouvement syndical représenté au Fédération marocaine du travail et son aile marxiste, Omar Benjelloun, l’un des fondateurs du plus grand parti de masse et d’élite connu dans le Maroc contemporain.

Alors que ses camarades menaient une expérience de gouvernement socialiste en 1960 pour poser la première pierre de la souveraineté économique et de la réforme au Maroc avant qu’il ne soit renversé par le prince héritier Moulay El Hassan (Hassan II), El Youssefi s’est consacré au parti et à la défense des droits de l’homme. Le boycott de la constitution accordé en 1962, les élections fictives de 1963 et le procès-spectacle au cours duquel Ben Barka, Basri et Benjelloun ont été condamnés à la peine capitale ont eu des effets significatifs sur sa lutte, car il a été contraint de demander l’asile politique. L’assassinat de Mahdi Ben Barka en octobre 1965 est la raison principale de la division du mouvement fédéral entre partisans du choix révolutionnaire et de l’option démocratique.

Famille Ben Barka

El Youssefi a pris la direction politique de ce qu’on appelait « l’Organisation », c’est-à-dire l’aile révolutionnaire de l’Union nationale des forces populaires résidant en Europe et dans le monde arabe, accompagné de Mohamed  Basri,  Entre Le Caire et Paris, le « camarade Abderahman » était un combattant infatigable. Entre une rencontre secrète avec ses camarades à Damas et la réception de Guevara à Alger, El Youssefi était au service d’un autre Maroc et d’un Maghreb arabe fondé sur les valeurs de justice, d’unité et de socialisme. En tant qu’avocat, Youssefi défendra la famille Ben Barka devant la chambre criminelle de Paris avec l’avocat français Maurice Buttin, qui l’enverra plus tard à Madrid pour enquêter sur l’enlèvement du résistant Saïd Bounailat et de l’activiste Ahmed Benjelloun dans ce que la presse internationale décrira en 1970 comme « la seconde affaire Ben Barka ».

Il interviendra également auprès des Nations unies en faveur de centaines de personnes enlevées, dont des membres de la famille du résistant Ali Al Manouzi. Dans le procès de 1973 après les événements de « Moulay Bouazza » au milieu des montagnes de l’Atlas, le parquet réclamera sa tête à un moment où ses camarades connaîtront les manifestations les plus féroces de torture, d’assassinat et d’abus. Le prix payé par les militants lui a fait présenter une autocritique représentée dans la rupture avec l’action révolutionnaire et l’adoption de la stratégie de lutte démocratique que le parti a poursuivie depuis 1972 et consacrée dans sa conférence extraordinaire, qui a abouti à la naissance du Parti socialiste Union des forces populaires en 1975.

Cette station a été un tournant décisif dans l’histoire du socialisme au Maroc, pour vaciller quelques mois plus tard avec l’assassinat d’Omar Benjelloun, l’esprit idéologique, syndical et partisan du mouvement, aux mains de la police politique, dirigé par le général Dlimi et la participation exécutive de la « Jeunesse islamique ». Ce crime a fait entrer le parti dans des cycles électoraux absurdes et des conflits internes sans fin qui se sont aggravés après la mort prématurée d’Abderahim Bouabid en 1992. Cette année-là, Youssefi pourra diriger l’Union socialiste. J’ai eu ma première rencontre avec lui au l’âge de quinze ans à l’occasion du décès de ma grand-mère, la mère d’Omar et d’Ahmed Benjelloun. , qui a connu les sanctuaires de la prison pour visiter ses enfants et a choisi de mourir le jour même du décès de Boubaid. El Youssefi, qui a récité ce jour-là l’éloge funèbre du départ de celui qu’il considérait comme le « leader incontesté de l’Union » devant des centaines de milliers de militants et sympathisants…

Le retour de Mohamed Basri et Abraham Serfati

Malgré l’affaiblissement de l’union par des décennies de luttes d’usure avec le régime et de guerres internes, le mouvement n’a pas perdu sa crédibilité politique et sa légitimité populaire, ce qui a poussé Hassan II à recourir au parti en prévision du transfert du trône à son fils. Les démocrates ont continué à placer leurs espoirs en lui. Après des années de polarisation, d’exil, de révisions constitutionnelles et de négociations dans les années 1990, la situation s’est stabilisée avec la formation d’un gouvernement de l’Alternance en 1998. El Youssefi a accepté de former un gouvernement avec Idris Al Basri, l’ancien ministre du Intérieur au pouvoir absolu depuis 25 ans, et partis dits « administratifs ».

Cet arc consensuel s’est refermé sur la confusion électorale en 2002, alors que le Parti de l’indépendance et l’Union socialiste, sortis des entrailles du mouvement national, se sont trouvés égaux en nombre de sièges et dans un état de dissonance qui a conduit à la destitution d’El Youssefi de la présidence du gouvernement au profit d’un homme d’affaires et non d’un politicien. Cela a même embarrassé un homme du calibre d’Abderahman El Youssefi, qui s’est retiré de la vie publique.

El Youssefi, avec sa personnalité ascétique et son intégrité naturelle, rejettera les indemnisations ministérielles et celles qui lui sont allouées par la Commission Équité et Réconciliation pour les victimes des années de plomb, afin de les transférer à des organisations d’intérêt public. Et il a pris de la distance pour méditer sur une arène politique agonisante qui oscille entre la perte de camarades dans le chemin les uns après les autres et entre ceux qui sont plongés dans un processus démocratique assiégé entre néolibéralisme et fondamentalisme. El Youssefi a refusé de se présenter officiellement, sauf pour honorer ses amis comme Ahmed Ben Bella, le premier président de l’Algérie, ou Mohamed Abid Al Jabri, l’intellectuel organique de l’union.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Soft Power : Le Maroc parmi les pays les plus influents en Afrique

Le paradoxe de Jouahri

Aperçu sur la compétitivité et la complémentarité économique des énergies à bas carbone : l’option nucléaire pour la production d’électricité et le dessalement de l’eau de mer