La DGAPR consent des efforts importants pour humaniser les conditions de détention (Baitas)

31 mai 2022 - 01:00

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) déploie des efforts importants en faveur de l’humanisation des conditions de détention, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

En réponse à une question orale du groupe de l’Authenticité et de la modernité à la Chambre des Représentants sur « les conditions d’hébergement dans les établissements pénitentiaires », Baitas a expliqué que la délégation fournit de grands efforts pour humaniser les conditions de détention, conformément aux Hautes instructions royales et aux directives gouvernementales en la matière, dans le respect des normes des chartes nationales et internationales, et en adéquation avec les changements politiques et sociaux que connaît le Royaume.

Dans ce sens, le ministre délégué a indiqué que la DGAPR oeuvre à lancer des projets de réparation, de restauration et de rénovation des bâtiments pour améliorer les conditions d’hébergement des détenus, en plus de la mise en place de plusieurs mesures visant à augmenter la capacité d’accueil des établissements pénitentiaires.

Ces mesures visent à doter l’espace carcéral de toutes les installations de base, a-t-il ajouté, notant que les établissements anciens et délabrés qui présentent un risque pour la sécurité ont été remplacés par des bâtiments modernes qui répondent aux normes requises et qui sont équipés de manière à améliorer les conditions de détention, notamment en matière d’alimentation fournie aux détenus.

Il s’agit également du renforcement des conditions d’hygiène et de l’amélioration de la qualité des soins dispensés à travers la création de nouvelles unités médicales équipées de manière adéquate au sein des établissements pénitentiaires, tout en garantissant un comportement humain envers les détenus, a-t-il poursuivi.

En réponse à une autre question orale sur « la reprise de l’organisation du prix de la société civile » du groupe du Rassemblement national des indépendants,  Baitas a relevé que l’organisation de ce prix a été suspendue pendant deux ans en raison des conditions sanitaires liées à la pandémie.

Le ministre délégué a souligné que les lois réglementant ce prix sont en cours de révision, faisant savoir que l’édition de cette année sera organisée le 15 novembre.

Baitas a, en outre, mis en avant le rôle important de la société civile, ce qui nécessite « de valoriser ses efforts et de les rendre visibles aux yeux de tous ».

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) déploie des efforts importants en faveur de l’humanisation des conditions de détention, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

En réponse à une question orale du groupe de l’Authenticité et de la modernité à la Chambre des Représentants sur « les conditions d’hébergement dans les établissements pénitentiaires »,  Baitas a expliqué que la délégation fournit de grands efforts pour humaniser les conditions de détention, conformément aux Hautes instructions royales et aux directives gouvernementales en la matière, dans le respect des normes des chartes nationales et internationales, et en adéquation avec les changements politiques et sociaux que connaît le Royaume.

Dans ce sens, le ministre délégué a indiqué que la DGAPR oeuvre à lancer des projets de réparation, de restauration et de rénovation des bâtiments pour améliorer les conditions d’hébergement des détenus, en plus de la mise en place de plusieurs mesures visant à augmenter la capacité d’accueil des établissements pénitentiaires.

Ces mesures visent à doter l’espace carcéral de toutes les installations de base, a-t-il ajouté, notant que les établissements anciens et délabrés qui présentent un risque pour la sécurité ont été remplacés par des bâtiments modernes qui répondent aux normes requises et qui sont équipés de manière à améliorer les conditions de détention, notamment en matière d’alimentation fournie aux détenus.

Il s’agit également du renforcement des conditions d’hygiène et de l’amélioration de la qualité des soins dispensés à travers la création de nouvelles unités médicales équipées de manière adéquate au sein des établissements pénitentiaires, tout en garantissant un comportement humain envers les détenus, a-t-il poursuivi.

En réponse à une autre question orale sur « la reprise de l’organisation du prix de la société civile » du groupe du Rassemblement national des indépendants,  Baitas a relevé que l’organisation de ce prix a été suspendue pendant deux ans en raison des conditions sanitaires liées à la pandémie.

Le ministre délégué a souligné que les lois réglementant ce prix sont en cours de révision, faisant savoir que l’édition de cette année sera organisée le 15 novembre.

Baitas a, en outre, mis en avant le rôle important de la société civile, ce qui nécessite « de valoriser ses efforts et de les rendre visibles aux yeux de tous ».

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Jeune Afrique : Akhannouch s’apprête à procéder à un remaniement ministériel à la demande du Roi

Le problème des visas pour la France arrive au parlement

PLF-2023: relancer l’économie via l’investissement (note de cadrage)