Aïd Al Adha: des questions au directeur du contrôle des produits alimentaires de l’ONSSA

07 juillet 2022 - 04:00

Le directeur du contrôle des produits alimentaires à l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), Abdelghani Azzi, a accordé une interview à la MAP sur les principales mesures menées par l’Office pour garantir la sécurité sanitaire du cheptel, ainsi que les critères à vérifier avant l’achat du mouton: 1- Quelles sont les principales mesures prises par l’ONSSA pour garantir la sécurité sanitaires du cheptel ?

Nous avons commencé dès le mois de janvier l’enregistrement des éleveurs et des animaux qui seront préparés pour Aid Al Adha, ensuite nous avons entamé, à partir du 1er avril, le processus d’identification des animaux par la boucle « Aid Al Adha ».

Le nombre d’élevages enregistrés depuis janvier jusqu’à aujourd’hui s’élève à 242.000 unités. De même, nous sommes actuellement à 6.800.000 têtes d’ovins et caprins identifiés.

En parallèle à ces opérations, nous menons aussi une campagne forte et renforcée de contrôle de l’ensemble des élevages, en vue de s’assurer du type des médicaments utilisés, des aliments, et de vérifier la qualité de l’eau, en plus d’une campagne serrée de contrôle de la circulation de fientes de volailles.

Nos services ont effectué plus de 2.000 sorties de contrôle, dans le cadre des commissions mixtes provinciales et locales, et nous avons prélevé plus de 1.000 échantillons de viande d’ovins et de caprins pour s’assurer de la nature des médicaments utilisés au niveau des élevages, plus de 300 échantillons d’aliments pour vérifier leur conformité à la réglementation en vigueur, ainsi que plus de 57 échantillons d’eau.

Suite à ces opérations de contrôle, nous avons saisi plus de 10 tonnes de fientes de volailles et nous avons arraché les boucles des animaux identifiés dans les élevages interceptés, et par la suite nous avons dressé des procès verbaux à l’encontre des fraudeurs.

Nous veillons également au contrôle des médicaments à travers des tournées de nos services au niveau des souks. Cela a permis de saisir plus de 300 litres de produits vétérinaires d’origine inconnue.

Nous avons également interdit la circulation des fientes de volaille du 1er juin au 15 juillet, pour interdire leur utilisation au niveau des élevages.

L’opération de contrôle se poursuit avec les services vétérinaires qui assurent la permanence, jusqu’au 5ème jour de l’Aïd, et qui sont proches des citoyens à travers nos réseaux sociaux, la présence sur le terrain et le centre d’appel de l’ONSSA via le numéro 0801003637.

Je rassure les citoyens que l’état du cheptel national est très bon, grâce à un encadrement sanitaire rapproché de la part de l’ONSSA, avec l’appui des vétérinaires mandatés et des autorités provinciales.

2- Quels sont les critères à vérifier par le consommateur avant d’acheter le mouton ?

Tout d’abord il faut penser à l’endroit où acheter le mouton. Il doit être un élevage ou un point de vente fixe connu et de préférence se rendre dans les souks aménagés conjointement par les ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur. Il s’agit de 30 souks aménagés qui respectent l’environnement et les conditions de vente des animaux.

Il faut aussi veiller toujours à acheter un animal avec une boucle. Sans cette dernière, il n’y a pas de garantie, et le consommateur ne pourra pas s’orienter vers les services vétérinaires pour réclamer en cas d’anomalie.

La boucle Aid Al-Adha sert à assurer la traçabilité de l’animal, apporter une garantie de son origine et permettre au service vétérinaire de mener des enquêtes en cas de déclaration.

Le consommateur doit aussi savoir choisir l’animal et éviter les moutons immobilisés. Il faut que l’animal bouge, qu’il ait une couleur normale des yeux, jaunâtre ou rougeâtre, la base des oreilles doit être normale et pas chaude (indication d’une inflammation).

Le mouton ne doit pas avoir de gonflement anormal en bas de la tête ou du côté gauche de l’estomac. De même, il faut éviter de choisir un animal qui tousse fréquemment ou qui a un écoulement nasal ou anal abondant.

3- Quelles sont les procédures à suivre au cas où le mouton ne répond pas aux critères sanitaires ?

Chaque fois que le consommateur doute de la sécurité sanitaire de l’ovin, il doit se référer au service vétérinaire. Nous avons une liste de 460 médecins vétérinaires qui sont à l’écoute de tous les citoyens au niveau national.

Le citoyen peut aussi se rendre chez les services vétérinaires locaux, qui seront ouverts durant cette période pour encadrer, assister et prêter conseil aux consommateurs.

Jusqu’au 5ème jour de l’Aid, les consommateurs peuvent joindre le centre d’appel de l’ONSSA, disponible toute la semaine et recevoir ainsi le conseil nécessaire, voire même, demander une enquête.

4- Comment préparer l’animal pour l’abattage et conserver la viande ?

Une fois l’animal choisi, il doit être transporté dans les meilleures conditions, ensuite l’installer dans un endroit dans lequel il ne sera pas agité. Cet endroit ne doit pas constituer un danger pour les membres de la famille.

Le jour de l’Aid nous devons penser à l’abatteur, qui doit bien évidemment respecter les mesures liées au Covid-19. Nous devons aussi faire attention aux abats de l’animal, surtout le foie et le rein, qui peuvent contenir certains parasites, sous forme de taches blanchâtres.

Nous devons procéder à la découpe de la viande maximum 5 heures après l’égorgement. Une fois la viande découpée, elle doit être emballée dans des sacs plastiques alimentaires et la garder à une température positive.

S’agissant des déchets générés, il faut penser à respecter l’environnement et les mettre dans des sacs dédiés.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Fortes averses parfois orageuses et rafales de vent du vendredi au dimanche (bulletin d’alerte)

SM le Roi adresse un Discours au 1er Sommet sino-arabe qui se tient en Arabie Saoudite (Texte intégral)

La généralisation de la couverture médicale: les Ramedistes conservent leurs acquis (Mustapha Baitas)