Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l’islam

16 août 2022 - 10:00

Le tribunal de première instance de Oued Zem a récemment condamné la militante, Fatima Karim, à deux ans de prison, pour « insulte publique à la religion islamique en publiant des messages par voie électronique », après avoir écrit une série de messages sur son sa page Facebook, dans laquelle elle aborde certaines questions dans relatives à l’islam ainsi que la question de l’existence de Dieu.

La blogueuse et militante , Fatima Karim, a été arrêtée immédiatement après avoir publié un post  dans lequel elle commentait le noble verset : « Des houris cloîtrées dans les tentes, (73) Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous? » Le ministère public la poursuit pour  un délit de violation des constantes et des symboles sacrés de la Nation.

Karim a considéré, lors de l’enquête menée contre elle par la police judiciaire, que ce qu’elle a écrit sur son compte Facebook concernant la religion islamique relève de la catégorie de la liberté d’expression garantie par la constitution, soulignant qu’elle croit en la pensée laïque.

Par ailleurs, le frère de la détenu a décrit dans son post Facebook, que la peine prononcée à l’encontre de sa sœur est très sévère, « malgré les défenses et éclaircissements apportés par l’avocate sur le sujet et ce qu’elle a déclaré devant l’instance judiciaire.

Son frère a indiqué que sa sœur « s’accroche à son roi et à son pays jusqu’à la folie, respecte la constitution du royaume et fait confiance aux institutions et agences de l’État, et s’est déjà présentée aux élections régional de 2015 e, expliquant qu’elle « a choisi une autre croyance religieuse après avoir été la plus ardente défenseure de la religion islamique » pendant environ 34 ans.

Il a souligné que sa sœur « n’a pas un grand niveau scientifique qui la qualifie pour lire une série de livres et de romans pour discuter de sujets liés à la religion islamique et au reste des autres religions, ce qui l’a obligée à se coordonner derrière des groupes sur des sites de réseaux sociaux et être affecté par leur discours et leur pensée. »

Il a ajouté que le tribunal de première instance  l’avait condamnée à deux ans de prison pour blasphème (chapitre 267 du code pénal), bien qu’elle ait présenté ses excuses pour ce qui lui était attribué et qu’elle ait présenté ses excuses à la religion islamique et à tous ceux qui croyaient qu’elle avait offensé la religion islamique tolérante.

Rappelons que le tribunal de première instance de Marrakech avait précédemment condamné une autre militante c, à trois ans et demi de prison en plus d’une amende, pour avoir déformé la sourate Al-Kawthar par le biais d’un post sur sa page personnelle sur le site Facebook, avant que la cour d’appel n’allège la peine à deux mois de prison.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Inscription aux CPGE : le ministère accorde une chance supplémentaire aux bacheliers

Mondial 2022: voici les détails du dispositif en faveur des supporters des Lions de l’Atlas

Stress hydrique au Maroc: un combat de longue haleine