Les tatouages amazighes au coeur du film documentaire « tagzzayt »

16 août 2022 - 11:40

Le producteur Hussein Hanin a terminé le tournage de son film documentaire « tagzzayt » dans lequel il tente de déchiffrer les significations et les symboles des tatouages, et creuse l’histoire et l’identité des dessins sur le corps des femmes amazighes.

Le documentaire qui est réalisé par MOHAMED ZEGHOU, déconstruit les significations et les symboles des tatouages, car la fille portant le tatouage est un signe qui distingue les femmes adultes et adultes et sa capacité à supporter les fardeaux de la vie conjugale, alors qu’elle endurait la douleur des picotements, du reste des autres femmes .

Depuis les années soixante et soixante-dix du siècle dernier, les tatouages ​​ont commencé à disparaître progressivement, et la dernière génération qui porte ces symboles sur le corps est devenue la génération des grands-mères, et Hanin a déclaré que « le documentaire porte les dernières caractéristiques de la mémoire des tatouages au Maroc à travers les récits chaleureux des grands-mères, une mémoire et une culture qui ont duré des siècles, et qui ont commencé à disparaître avec leur départ. »

Le même orateur a souligné : « Aujourd’hui, de nombreuses femmes amazighes qui portent des tatouages ​​sur le visage travaillent dur pour l’enlever, car elles le considèrent comme un signe qui déforme leur visage et ne l’embellit plus comme avant, après que les femmes en aient pris conscience. L’interdiction de cette habitude par l’islam, qui a poussé beaucoup d’entre eux à la retirer à La voie du laser alors que ceux qui n’en ont pas les moyens continuent de vivre avec jusqu’à ce que leurs corps tatoués meurent, témoins d’une coutume qui est devenue une chose du passé. »

Le film documentaire a été tourné dans différentes régions, et le voyage est parti des tribus des Ait Sgrochen, en passant par Khemisset, Tiflet, Khénifra, Al Hoceima, Tinghir, Château Mgouna, puis Taroudant.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Tanger: Inauguration du musée Dar Niaba-Maison d’Artiste

Cinq questions aux réalisateurs Belgo-Marocains Adil El Arbi et Bilall Fallah

Grands concerts de Rabat: la scène OLM Souissi retrouve son éclat après deux ans de Covid-19