El Grande Toto est-il hors la loi?

11 octobre 2022 - 07:00

Les répercussions de l’incident du rappeur « El Grande Toto » se vantant d’utiliser du « haschich » lors d’une conférence de presse organisée par le ministère de la Culture et proféré des « grosses » paroles lors de sa soirée à Rabat, font encore parler sur les réseaux sociaux.

Un grand nombre d’activistes des médias sociaux ont exprimé leur étonnement face à l’absence d’intervention du ministère public dans l’incident, alors que le rappeur « Toto » a commis trois infractions judiciaires documentées qui nécessitent son intervention, selon des spécialistes du droit, à savoir l’ivresse publique, la reconnaissance de l’usage du haschich et sa promotion, en plus de son atteinte à la pudeur publique, sur la scène d’une soirée artistique organisée par le Ministère de la Culture sous le haut patronage du Roi Mohammed VI.

Toto est-il au-dessus des lois ?

L’arrestation de la police judiciaire dans la ville de Témara, vendredi soir, de la YouTuber « Fatiha » qui a publié un clip vidéo qui comprenait des scènes qui ont touché la pudeur publique (poussant) les militants des médias sociaux à établir des comparaisons entre les deux incidents, et sur les raisons qui ont fait que les services de sécurité n’ont pas bougé malgré le temps qui s’est écoulé dans l’affaire Toto.

À cet égard, un activiste électronique du nom d’Ahmed Choukhi a déclaré dans un message sur Facebook, commentant la décision d’arrêter la YouTuber : « La question est de savoir pourquoi Toto n’a pas été suivi après la fête publique ivre pour faire respecter la loi et pour compléter le décisions pour protéger la morale et les valeurs des Marocains « , tandis qu’une autre nommée Leila Entizam a commenté, en disant: » Ou Duck Toto, l’ivresse publique, le haschisch et les propos obscènes, et pourquoi pas? Des centaines d’adolescents sont devenus des modèles pour et donc l’imitation est possible et la déviation est inévitablement le résultat. Y a-t-il un moyen de dissuasion ?

Perte de confiance dans la loi

Le professeur de droit constitutionnel à la faculté de droit de Mohammedia, Omar Cherkaoui, a déclaré que ce que Toto avait commis une violation publique de la pudeur publique et son aveu d’usage de cannabis nécessitent l’intervention du ministère public afin de le détenir. r

Cherkaoui a ajouté, dans une interview au journal, que l’État des institutions n’a pas un citoyen du premier degré et un autre du second degré, et qu’il ne peut pas mesurer ses membres au vu de leurs masses et du nombre de « J’aime » qu’ils reçoivent, indiquant que les citoyens ordinaires ne devraient pas être tenus responsables de leurs abus et de leurs violations de la loi et fermer les yeux sur les fonctionnaires, les personnes célèbres et les personnes présentant des caractéristiques particulières.

Le même intervenant a regretté que la procédure judiciaire n’ait pas été enclenché dans l’incident « Toto », qualifiant le silence à son égard d' »injustifié », soulignant que le chanteur devait respecter l’espace public et la loi qui régit notre coexistence.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

La Maison de la Diaspora organise sa conférence de lancement

La Chambre des conseillers approuve à l’unanimité une proposition de loi relative à la nationalité marocaine

L’INH décroche une 7è certification ISO pour son système de management de qualité