Avec une nouvelle décision de son gouvernement, l’Algérie ouvre la porte à sa transformation en un marché de la « ferraille » pour les voitures d’occasion

12 octobre 2022 - 11:30

En 2005, les autorités algériennes ont pris la décision d’interdire l’importation de voitures d’occasion, et la justification annoncée par les responsables de l’époque était le refus de transformer l’Algérie en marché à la ferraille.

Aujourd’hui, les autorités algériennes reviennent sur leur décision de refuser de convertir l’Algérie à la ferraille, sous la pression de la rue et la hausse alarmante des prix des voitures, et décident d’autoriser l’importation de voitures d’occasion.

Tout comme l’Algérie n’a pas réussi à gérer le mouvement des marchés intérieurs, même pour les denrées alimentaires de base, on s’attend à ce qu’elle échoue à obliger le marché aux conditions qu’elle a fixées pour l’importation de voitures d’occasion, ce qui signifie que la porte à la transformation de l’Algérie en ferraille marché pour ces voitures a été ouvert par une décision officielle.

La décision de revenir à l’importation

Selon Al-Quds Al-Arabi, le Conseil des ministres algérien a rendu une décision autorisant l’importation de voitures d’occasion pendant moins de 3 ans après des années de gel, dans le but d’augmenter la pression sur le marché automobile, qui connaît une flambée des prix, en raison du manque d’approvisionnement. Cette décision fait suite à une large protestation des parlementaires à ce sujet, lors de la présentation de la déclaration de politique générale.

Il y a deux jours, un communiqué du cabinet indiquait que le président Abdelmadjid Tebboune avait donné l’ordre d’ouvrir la voie aux citoyens pour importer des voitures depuis moins de trois ans avec leurs capacités financières et leurs propres besoins, et non à des fins commerciales. La décision stipulait également « Permettre aux constructeurs étrangers d’importer des voitures pour les vendre en Algérie, parallèlement au suivi intensif et sur le terrain du processus d’implantation d’une véritable industrie automobile, en Algérie dans les meilleurs délais », en plus de « présentation du cahier des charges des concessions automobiles, lors du prochain conseil des ministres, à régler avant la fin de l’année.

Cette décision a suscité une vive réaction de la part de l’Algérie, après que la question des voitures est devenue au premier plan des événements nationaux, en raison de la difficulté ou de l’impossibilité d’acquérir de nouvelles voitures compte tenu de la fermeture des importations. La décision d’interdire l’importation de voitures d’occasion en Algérie remonte à 2005, avec la justification de refuser de transformer l’Algérie en un marché à la ferraille, selon les responsables de l’époque. Jusqu’en 2018, l’approvisionnement du marché automobile en Algérie était important, en raison de l’encouragement de l’importation directe ou déguisée via les usines d’installation, qui s’est finalement avérée être une simple fraude ; Il est livré avec la voiture presque prête. Mais tout a changé avec la crise financière étouffante que le pays a connue en raison de la baisse des revenus pétroliers, qui a conduit à une suspension quasi totale des importations il y a 4 ans. Il ne restait plus rien pour les citoyens désireux de posséder une voiture si ce n’est le marché des voitures d’occasion qui, du fait de cette réalité, est devenu un paradis pour les spéculateurs, ce qui a doublé la valeur de la voiture et l’a rendue hors de portée de la classe moyenne dans le pays.

Complexités du marché et recherche de solutions radicales

Ces dernières années, le gouvernement s’est montré réticent à reprendre l’activité d’importation après la mauvaise expérience du pays avec les usines d’installation de contrefaçons, et a tenté de contrôler à nouveau l’activité grâce à des cahiers des charges stricts qui motivent la fabrication locale. Mais ces lois changeaient constamment, perturbant l’approvisionnement du marché en manque d’approvisionnement. Dans ce contexte, la décision d’ouvrir l’importation de voitures d’occasion intervient, mais selon les conditions les plus importantes, dont la plus importante est que le citoyen fournisse le prix de la voiture en devise forte de l’extérieur de la banque, une mesure que certains voir comme un encouragement au marché noir dans lequel les prix des devises fortes connaissent un écart allant jusqu’à 50 pour cent avec les prix officiels, l’euro sur le marché  parallèle est proche de 220 dinars, alors que le prix officiel est d’environ 140 dinars.

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Hydrogène vert : Une délégation marocaine en Belgique pour examiner les perspectives de coopération et d’investissement

Crédit du Maroc: l’AMMC vise la note d’information relative à l’OPA

La masse monétaire augmente de 8% en décembre 2022 (BAM)