La réconciliation palestinienne en l’Algérie tiendra-t-elle le coup ?

19 octobre 2022 - 11:30

L’étape d’Alger n’a pas été la première étape du dialogue palestino-palestinien, l’histoire des dialogues entre les différentes factions palestiniennes pour arrêter la division et unifier les efforts contre l’occupation est une longue et riche histoire d’initiatives.

Le peuple palestinien espère que la réunion d’Alger aboutira à des mécanismes pour mettre en œuvre la réconciliation et mettre fin à la division, qui dure depuis près de deux décennies, à la lumière de la signature de nombreux accords pour mettre fin à la division, notamment en Égypte, mais ils sont restés sans mise en œuvre, notamment en 2011.

Tout le monde attend le dialogue que l’Algérie a adopté et ses résultats alors qu’ils recherchent, non pas des slogans et des discours publics, mais une position unifiée sur l’une des plus grandes questions controversées parmi les Palestiniens, à savoir le gouvernement national et son programme de travail.

L’Algérie a-t-elle réussi à résoudre le dilemme du gouvernement et de son programme parmi les factions palestiniennes ? Et que peut faire l’Algérie après le sommet arabe si les factions palestiniennes n’ont rien résolu dans leur dialogue concernant la plus grande question controversée entre elles, et n’ont pas abordé les véritables causes de la division interne

Selon Al-Quds Al-Arabi, les responsables palestiniens qui ont participé aux récentes réunions algériennes qui se sont conclues par la signature d’une nouvelle déclaration de réconciliation, ont sous-estimé la capacité des mouvements algériens à tourner la page de la division, en raison de ce qui s’est passé pendant la réunions de réconciliation.

Selon la même source, des divergences importantes ont éclaté lors des rencontres d’Algérie, plus importantes que ce qui avait été annoncé avant la signature de l’accord.A force d’efforts, il termine les rencontres parrainées par l’Algérie, sans parvenir à aucun progrès, pas même la déclaration qu’il a signée, qui était dépourvue de tout programme concret de réconciliation.

Selon la même source, lors de ces entretiens qui ont duré trois jours, après les avoir prolongés d’une journée entière pour aplanir les divergences sur certains points du document présenté, l’équipe du président algérien Abdelmadjid Tebboune est intervenue directement, ainsi que l’équipe mandatée par le ministère des Affaires étrangères et de la Sécurité, afin de contourner le principal point de discorde, qui constitue l’épine dorsale de tout accord de réconciliation, qui est le gouvernement d’union et son programme.

La source confirme que le différend sur le gouvernement était présent avant de se rendre en Algérie, et que les factions qui ont participé aux réunions exploratoires ont mis en garde l’équipe algérienne chargée de superviser la réconciliation contre la formulation d’un accord qui satisfasse les deux parties, à la lumière de la grande divergence de vues.

Selon des sources médiatiques, la « Déclaration d’Algérie » comprenait neuf principes, dont le plus important est l’accent mis sur l’importance de l’unité, l’adhésion de tous à l’Organisation de libération de la Palestine et la consolidation du principe de partenariat politique.

La déclaration comprend également le développement de l’Organisation de libération de la Palestine et l’élection du Conseil national palestinien dans le pays et à l’étranger, en plus de la tenue d’élections présidentielles et législatives générales dans la bande de Gaza et en Cisjordanie dans un délai maximum d’un an, en en plus d’activer le mécanisme des secrétaires généraux des factions pour assurer le suivi de la fin de la division.

Négligence algérienne et indifférence palestinienne

Compte tenu de la centralité de la question gouvernementale et de son programme de travail, les observateurs s’attendaient à ce que l’Algérie ait préparé les différentes parties avant les réunions de dialogue sur cette question, ait assoupli et rapproché les positions pour assurer le succès du dialogue. Pourquoi l’a-t-elle fait?

La source qui s’est entretenue avec Al-Quds Al-Arabi indique qu’en raison du différend sur le point de gouvernement et de l’impossibilité de parvenir à une solution acceptable pour les deux parties (Fatah et Hamas), certaines factions croyaient que l’Algérie n’aurait pas organisé des réunions liées à la réconciliation, notamment après les récentes réunions des délégations du Fatah et du Hamas en Algérie, plus d’une semaine avant la réunion prolongée.

En signe d’indifférence à ce qui s’est passé en Algérie, l’accord n’a reçu aucune véritable interaction de la part des Palestiniens, contrairement aux accords précédents, et beaucoup sont allés exprimer leur manque de confiance dans la mise en œuvre, à travers des publications sur des sites.

Réconciliation sans accord

Selon Al-Quds Al-Arabi, le chef du Mouvement du Jihad islamique, Ahmed Al-Mudallal, a déclaré que les séries de dialogues palestiniens de réconciliation en Algérie se sont terminées par l’annonce d’un accord que les factions palestiniennes ont accepté

Il a révélé un désaccord sur la clause de formation d’un gouvernement national qui respecte les résolutions et les lois internationales, après que ce point ait été convenu, notant que « lors de la dernière lecture, Azzam al-Ahmad, chef de la délégation du Fatah, a annoncé que le chef de l’autorité lui a dit que la déclaration comprenait l’engagement du gouvernement d’union nationale aux décisions de la légitimité internationale; Ce qui a de nouveau déclenché un état de désaccord, ca, le Hamas et le Front populaire (commandement général) l’avons rejeté catégoriquement.

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Maroc-Espagne : Un partenariat stratégique renouvelé

17è conférence de l’Union parlementaire de l’OCI à Alger: la délégation marocaine dénonce l’atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume

2è tour des législatives en Tunisie: Un boycott qui risque d’accentuer les incertitudes