Politique

« Appel de Tanger »: Le processus d’exclusion de la pseudo rasd de l’Union Africaine est initié (média africain)

Le processus d’exclusion de la pseudo « rasd » de l’Union Africaine « est initié », a indiqué le portail « Africa24″, notant que le “Livre Blanc » élaboré par les signataires de l’ »Appel de Tanger » constitue la feuille de route du processus d’exclusion de cette république chimérique des instances de l’UA.

Le média rappelle, à cet égard, que les anciens Premiers ministres et ministres des affaires étrangères africains, signataires de l’ »Appel de Tanger » ont été reçus le 30 janvier par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita, auquel ils ont remis le “Livre Blanc » « qui enclenche le processus d’exclusion » de cette entité fantoche, porté par plus de 30 Etats africains.

« Nous sommes confrontés à un problème très sérieux en ce qui concerne la question de la rasd. Elle n’est pas fondée sur la loi, car en ce qui concerne les autres mouvements de libération en Afrique, qu’il s’agisse du Sud-Soudan ou de l’Afrique du Sud, du Zimbabwe ou du Mozambique, ces pays n’ont jamais été reconnus comme membres de l’État africain avant de devenir indépendants. Il doit donc y avoir un moyen légal de s’assurer qu’un État devient membre de l’Union africaine », a écrit le portail en relayant les propos de Raphael Tuju, ancien ministre des Affaires étrangères du Kenya.

« L’élaboration du Livre blanc de l’appel de Tanger selon les signataires vise à renforcer la cohésion et l’équité au sein de l’Union Africaine en permettant à travers l’acte d’expulsion de la rasd de résoudre sur un plan diplomatique et pragmatique la situation dans la région du Sahara », fait noter la même source.

« Nous sommes tous conscients du dynamisme de la diplomatie marocaine, ce Livre blanc sera transmis prioritairement aux chefs d’Etat et aux décideurs pour qu’ils l’examinent afin que cette démarche qui a été enclenchée puisse être expliquée à tous ceux qui devaient l’être », affirme le média, citant Jean Marie Ehouzou, ex-ministre des Affaires étrangères du Bénin.

Le « Livre blanc » adopté à l’unanimité par les anciens Premiers ministres et anciens ministres africains, lors de la première réunion de suivi de « l’Appel de Tanger » à Marrakech le samedi 28 janvier, reconnait que la présence de la « rasd » au sein de l’UA constitue un obstacle à l’intégration africaine, souligne le média africain.

A signaler que le « Livre Blanc » retient dix considérations factuelles justifiant de la nécessité pour l’UA d’engager, dans les plus brefs délais, la suspension définitive, l’exclusion ou l’expulsion de la pseudo « rasd ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *