Sports

Le Maroc, moteur du développement du football africain (presse éthiopienne)

A travers la Fédération royale marocaine de football (FRMF), le Royaume du Maroc, se positionne comme un moteur du développement du football africain, ont souligné des médias éthiopiens.

Dans des articles consacrés à l’élan que connaît le football national et son impact sur le développement de ce sport en Afrique, plusieurs journaux éthiopiens ont mis en lumière les atouts du Royaume en la matière, focalisant notamment sur la politique de la FRMF, les installations et infrastructures de classe mondiale dont regorge le pays, ainsi que la coopération sud-sud prônée par le Royaume, notamment vis-à-vis de l’Afrique.

Ainsi, « Ethiopost » a relevé que la FRMF mène depuis 2015 une politique ambitieuse de coopération internationale, avec la signature de plus de 45 partenariats avec des fédérations africaines, notant que la prolongation de ces accords en 2019 illustre l’importance et l’efficacité de ce type de partenariat.

Le retour institutionnel du Royaume au sein de l’Union africaine, grâce à la diplomatie visionnaire de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, fournit une base solide à la Fédération marocaine, en vue d’un renforcement de la politique de coopération internationale à l’égard de l’Afrique, a expliqué l’auteur de l’article.

De son côté, « Africa News Channel » a mis en avant le développement du football marocain, avec un focus sur la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2025, affirmant que le Royaume est le seul pays africain qui répond largement aux prérequis de la FIFA concernant le cahier des charges pour l’organisation d’une Coupe du Monde élargie à 48 sélections (au lieu de 32). Un fait validé par des dizaines d’experts de la FIFA qui ont sillonné le Royaume dans le cadre de sa candidature pour l’organisation du Mondial 2026.

« La CAN 2025 au Maroc sera réussie car la compétition se déroulera dans des conditions logistiques optimales, » a assuré le média éthiopien, rappelant que le Maroc n’a pas accueilli de CAN depuis 1988, bien que tout le monde a été témoin de la ferveur et la passion du public marocain lors des différentes compétitions, notamment la Coupe du monde Qatar 2022, lors de laquelle le Maroc est devenu le premier pays africain à atteindre les demi-finales du Mondial.

Dans la même lignée, le journal spécialisé « League Sport » a fait remarquer que la performance historique des Lions de l’Atlas lors de la dernière Coupe du monde n’était que la cerise sur le gâteau d’une « razzia continentale » aussi bien dans le football masculin que féminin.

La publication a rappelé à ce titre les exploits du Wydad de Casablanca et de la Renaissance sportive de Berkane qui ont respectivement remporté la dernière édition la Ligue des Champions et la Coupe de la CAF, tandis que l’AS FAR a remporté la Ligue des Champions chez les dames, ajoutant que l’équipe nationale féminine U17 s’est qualifiée pour la première fois pour la Coupe du monde, tandis que l’équipe sénior féminine a atteint la finale de la CAN 2022 et disputera elle aussi la Coupe du monde en 2023.

Ces exploits réalisés tout au long de l’année 2022 sont les fruits d’une stratégie de long terme mise en œuvre par la FRMF, sous l’impulsion de son Président Fouzi Lekjaa, qui a mis en place, depuis 2014, une véritable stratégie de développement du football local, écrit la publication.

Citant Omar Khyari, Conseiller du Président de la FRMF, le journal « Africa News Channel » a fait savoir que le dossier de candidature du Maroc pour accueillir la CAN 2025 comprend six stades qui ont été certifiés par la CAF.

Il s’agit selon le journal du Complexe Mohammed V de Casablanca qui affiche une capacité de 45.000 spectateurs, du Complexe Sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat (53.000), du Grand Stade de Marrakech (45.240), du Stade Adrar d’Agadir (45.480), du Grand Stade de Tanger (45.000) et du Grand Stade de Fès (37.000).

Pour Omar Khyari, un effort important, des investissements colossaux et un développement scientifique sont des ingrédients indispensable pour le développement du football africain, a indiqué le journal, rappelant que le Maroc a proposé ses stades et infrastructures à une dizaine d’équipes africaines pour y jouer leurs matchs officiels après que leurs propres stades ont été rejeté par la CAF.

Et de conclure: « Ces initiatives du Royaume s’alignent sur les Hautes Orientations de SM le Roi, qui fait de l’Afrique Sa priorité en matière de diplomatie et de politique étrangère ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *