Politique

Maroc-UE : la visite de Várhelyi témoigne d’une volonté européenne de renforcer le partenariat en faveur d’une prospérité partagée (économiste)

La visite au Maroc du Commissaire européen à la Politique de voisinage et à l’Élargissement, Olivér Várhelyi, témoigne de l’intérêt que porte l’Union européenne (UE) au Maroc et au renforcement des relations économiques dans le cadre de « partenariat euro-marocain pour une prospérité partagée », a souligné l’économiste et spécialiste des politiques publiques, Abdelghani Youmni.

Cette notion, qui recouvre la croissance économique et l’équité, est portée par la Banque Mondiale et aujourd’hui empruntée par l’UE dans le prolongement des plaidoyers du processus de Barcelone, a expliqué Youmni dans une déclaration à la MAP.

Fort heureusement, l’UE a encore un partenaire fiable et politiquement stable dans la région de l’Afrique du Nord, a-t-il fait observer, rappelant que le Maroc conduit depuis la signature des accords du statut avancé en 2008, des réformes de modernisation de son économie, de ses infrastructures et de l’approfondissement de réformes sociales volontaristes.

Une chose est claire, a soutenu Youmni, l’UE et le Maroc ont travaillé depuis la fin des années 1980 à approfondir leur relation et le niveau de leur confiance, ajoutant que l’interdépendance, en plus d’être géographique, est ancrée dans leur vision intégrée de l’avenir de la région euro-méditerranéenne et des défis démographiques en Europe et en Afrique, dont le Maroc est son principal port d’ancrage avec le vieux continent.

Et d’affirmer : « Nous n’avons pas tort de dire que le Maroc demeure pour l’UE un allié essentiel en matière de coopération et de lutte contre le terrorisme et de prévention de la migration contre la migration régulière et qui travaille sur des stratégies de transformation du paradigme de l’immigration vers un paradigme plus humain et plus inclusif de la mobilité du travail et du transfert de compétences entre le Sud et le Nord ».

S’attardant sur les programmes de coopération signés lors de cette rencontre, l’économiste a estimé qu’il est indéniable que la diversité des cinq programmes de coopération et l’enveloppe de 500 millions d’euros est une consécration de plus pour l’excellence de ce partenariat d’exception.

« Le Maroc est un partenaire privilégié de l’UE, c’est un fait. C’est le premier partenaire du royaume avec 63,4% des échanges commerciaux et plus de 545 milliards de dirhams (MMDH) en 2021 avec un excèdent de 16 MMDH pour le Maroc. Les entreprises originaires de l’UE sont les premiers en matière d’investissements étrangers au Maroc avec un encours de plus 225 MMDH à fin 2022 et des milliers d’emplois », a-t-il précisé.

Ces mécanismes d’alliances sont d’année en année consolidés et sanctuarisés par de nouveaux partenariats et projets, a fait savoir Youmni, estimant que cette attitude est payée en retour et les externalités sont forts positives pour le Maroc comme pour l’UE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *