Politique

Le Brésil se félicite du partenariat avec le Maroc (vice-président)

Le vice-président de la République du Brésil, Geraldo Alckmin, s’est félicité, mardi, du partenariat de son pays avec le Maroc, se disant confiant à l’égard du potentiel de développement de la coopération économique entre les deux pays.

« Je pense qu’il existe un grand potentiel pour accroitre davantage le commerce bilatéral et renforcer notre partenariat dans des domaines d’intérêt commun, tels que les énergies renouvelables », a twitté M. Alckmin, à l’issue d’une rencontre avec l’ambassadeur du Maroc à Brasilia, Nabil Adghoghi.

Le vice-président brésilien a noté que l’entretien avec le diplomate marocain a été l’occasion de « discuter de l’état actuel des relations entre le Brésil et le Maroc, en mettant l’accent sur les opportunités en matière commerciale et d’investissement ».

« Le Maroc est le deuxième partenaire commercial du Brésil sur le continent africain et un important fournisseur d’engrais pour notre agro-industrie », a-t-il souligné, rappelant qu’en 2022, le flux commercial entre les deux pays a dépassé les 3 milliards de dollars.

M. Alckmin, qui occupe également le poste de ministre du Développement, de l’Industrie, du Commerce et des Services, a ainsi fait part de l’intérêt du Brésil « à donner une nouvelle impulsion aux liens économiques et commerciaux de plus en plus étroits entre les deux pays », selon l’ambassade du Maroc, qui relève que « le vice-président brésilien a exprimé la satisfaction du Brésil pour la bonne évolution du partenariat stratégique avec le Maroc ».

Le vice-président brésilien a été invité à « se rendre au Maroc dans le cadre d’une visite officielle », a ajouté la même source, relevant que « les deux parties ont échangé sur le potentiel du partenariat économique entre le Maroc et le Brésil, notamment dans les domaines de la logistique maritime – le port de Tanger-Med comme hub de transbordement pour l’agro-business brésilien -, de la sécurité alimentaire, de l’hydrogène vert pour l’industrie minière décarbonée et les bio-carburants ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *