Divers

Tentatives de traite d’êtres humains : une vague de condamnation sur la Toile

En pleine crise provoquée par le séisme d’Al Haouz, un phénomène odieux refait surface. Des influenceurs et des internautes partagent des commentaires et des vidéos de pédophilie, d’harcèlement, d’appel à l’adoption des enfants et de mariage avec des femmes du village.
Des images et des témoignages exposant des enfants au grand public ont suscité la colère et l’indignation des internautes sur les réseaux sociaux. Dans ce contexte aussi particulier, ce phénomène a été largement condamné par de nombreux internautes qui ont appelé à signaler ces cas tentant d’exploiter les personnes vulnérables.
« Même dans ces moments tragiques, ils exploitent les personnes pour commettre leur crime pédophilique. Les gens doivent être prudents sinon les conséquences seront graves », « il est urgent d’agir et d’attraper ces gens ! », « pour ceux qui sont présents, il faut dénoncer publiquement sur place tout acte suspect », lit-on dans des commentaires.
Alors que des acteurs de la société civile et de simples citoyens poursuivent les opérations d’aide humanitaire envers les populations lourdement impactées par le séisme, des malfaiteurs profitent de la situation pour exploiter ces personnes en précarité. Ils violent la dignité humaine et cherchent à répondre à leur motivation personnelle pars leurs actes ignobles. En effet, ces actions ternissent l’image des personnes mobilisées réellement dans l’aide et l’élan de solidarité exprimé par de nombreuses associations et de bénévoles, mais la mobilisation accrue des Marocains pourra limiter voire même mettre un terme à ces actes.
Face à cette situation préoccupante, le Club des Avocats au Maroc et la Fondation Ataa ont créé « une cellule de protection » pour surveiller les tentatives d’exploitation et d’agression vis-à-vis des victimes du séisme.
Jusqu’à présent, les réactions se multiplient sur la Toile pour mettre en garde contre ces pratiques abjectes ciblant les victimes du séisme. Le but est de protéger leur droit et de préserver leur dignité dans cette situation difficile. Pour ce faire, un numéro du Conseil national des Droits de l’Homme a été mis en place pour signaler les cas de harcèlement et les tentatives de traite d’être humain dans ces zones sinistrées : +212 524420587.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *