Société

L’ODTL: la gestion secteur du transport ne permet pas d’atteindre la justice pour les professionnels

L’Organisation Démocratique des Transports et de la Logistique, a critiqué la gestion du secteur du transport par le ministère du Transport et de la Logistique, affirmant que cela entrave la justice sociale et communautaire des professionnels du transport routier et des conducteurs professionnels. Ils ont demandé la mise en œuvre des résultats des comités techniques qui ont rassemblé des professionnels avec les responsables du ministère il y a deux ans.

Un certain nombre d’organisations professionnelles ont eu de longues réunions avec les responsables du ministère du Transport et de la Logistique il y a deux ans, ce qui a abouti à une série de décisions concernant le transport routier sous toutes ses formes. Cependant, ces décisions n’ont pas été mises en œuvre jusqu’à présent, selon le secrétaire général de l’Organisation Démocratique du Transport et de la Logistique, Mustapha Chaaboun.

Mustapha Chaaboun a expliqué dans une déclaration à « Al3omk » que depuis l’arrivée du ministre actuel du Transport et de la Logistique, des comités techniques ministériels ont été créés suite à des réunions avec le ministre et un certain nombre d’organisations professionnelles représentant toutes les formes de transport routier. Ces comités, a ajouté Chaaboun, ont pour mission d’étudier les priorités chaque année, car les problèmes de transport sont multiples, interdépendants et interconnectés.

Après une série de réunions avec les comités techniques, un certain nombre de points ont été convenus. Cependant, ces points n’ont pas été mis en œuvre jusqu’à présent, malgré deux années complètes passées, a déclaré Chaaboune, appelant le ministère du Transport et de la Logistique à respecter les engagements pris envers les professionnels.

Il a expliqué que cinq points prioritaires ont été convenus avec le ministère du Transport et de la Logistique au cours de la première année. Le premier point concerne la révision des conditions d’accès à la profession du transport routier afin de renforcer la profession et de tirer parti de la rentabilité et de l’efficacité du secteur pour répondre aux aspirations des professionnels.

Le deuxième point, dans le cadre des résultats des comités techniques, concerne la demande des professionnels du transport routier de numériser les données de fret et de surmonter les difficultés auxquelles les professionnels sont confrontés lors de leur saisie à chaque fois. Cela concerne également le coût de référence et le système de tarification partielle.

En ce qui concerne la protection sociale des conducteurs professionnels et la couverture médicale, Chaaboune a révélé que le sujet pose encore de nombreux problèmes et obstacles en termes de mise en œuvre.

Le porte-parole a également noté que les conducteurs professionnels continuent de bénéficier de l’exemption des frais de la carte de conducteur professionnel « sans visibilité claire » pour le ministère. À chaque fois, cela est prolongé de 6 ou 8 mois.

Le syndicaliste a critiqué le ministère du Transport et de la Logistique pour son incapacité à réglementer les heures de conduite et de repos des conducteurs professionnels, ainsi que son incapacité à suivre la charge depuis la source, ce qui pose plusieurs problèmes aux conducteurs.

Le syndicat, selon Chaaboune, demande la fixation des prix des carburants pour les professionnels du transport routier dans toutes ses catégories, en suivant un cadre de référence qui tient compte de la nature de l’activité de chaque catégorie de transport routier en raison des différentes routes et axes de travail de chaque catégorie. Il considère que cette demande « ne peut pas être renoncée ».

Le porte-parole a exprimé son attachement au dialogue en tant que seul moyen de trouver des solutions aux problèmes, exhortant le ministère à accélérer la mise en œuvre de ce que contiennent les procès-verbaux des comités techniques.

Le syndicat a proposé dans un communiqué reçu par le journal « Al3omk » d’organiser un débat national pour réformer le secteur du transport routier au Maroc, et a appelé le ministère du Transport et de la Logistique à accélérer la mise en œuvre des résultats des comités techniques et à entreprendre des mesures conformes au contenu des procès-verbaux du comité de direction présidé par le ministre du Transport et de la Logistique dans tous les secteurs du transport routier.

Il a également appelé toutes les sections locales de l’Organisation Démocratique des Professionnels du Transport Routier à participer et à contribuer aux travaux du comité préparatoire de la conférence nationale fondatrice qui se tiendra le samedi 11 novembre 2023 à Casablanca.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *