Société

Des déclarations de Nabil Mounib suscitent la colère des adouls

L’Ordre national des adouls du Maroc et l’Association marocaine des jeunes adouls ont condamné les déclarations de la parlementaire Nabila Mounib à la presse concernant « l’implication de certains adouls avec la mafia immobilière qu’elle a mentionnée dans ses propos. »

Mounib, lors d’une déclaration à la presse, a évoqué la croissance de la mafia immobilière et sa prise de possession de biens appartenant à autrui, affirmant que « il y a des personnes en prison qui reçoivent la visite d’adouls, obtiennent des signatures et manipulent des documents au cœur de la détention. »

Les instances représentatives des adouls du royaume ont qualifié ces déclarations de « déclarations irresponsables de Nabila Mounib, qui a tenu des propos diffamatoires de manière gratuite, de manière populiste et déplaisante, même si en tant que responsable politique, elle devrait peser ses paroles et ne pas jeter des accusations diffamatoires de façon arbitraire. »

Elles ont décrit ce que la parlementaire a dit sur les tribunes médiatiques comme « une atteinte gratuite à la réputation des adouls du royaume« , soulignant que « la profession d’adoul est le garant de la documentation citoyenne, et à ce titre, elle est plus grande que des déclarations politiques dénuées de crédibilité et de sens des responsabilités. »

De son côté, l’Association marocaine des jeunes adouls a averti que les déclarations de Nabil Mounib « constituent une accusation gratuite et portent atteinte à la crédibilité des institutions constitutionnelles et professionnelles, notamment le Parquet général, l’administration pénitentiaire, le système d’adoulerie et la documentation adoulière. »

L’Ordre national des adouls du Maroc a rappelé que la profession d’adoul est soumise à des contrôles légaux stricts et à la surveillance de ses institutions professionnelles, ainsi que des autorités administratives et judiciaires qui la protègent contre toute pratique contraire à l’éthique professionnelle.

Les adouls du Maroc ont appelé les autorités judiciaires compétentes « à ouvrir une enquête sur les déclarations de Nabila Mounib  et à prendre les sanctions légales appropriées », tandis que l’Association des jeunes adouls a insisté sur « son droit d’utiliser toutes les voies légales pour rétablir la réputation de la profession d’adoul. » 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *