Société

Le médiateur du Royaume: « Parmi les 4818 dossiers soumis par des particuliers à l’institution en 2022, il y avait 09 plaintes déposées par des enfants »

Le médiateur du Royaume, Mohamed Benalilou, a révélé que parmi les 4818 dossiers soumis par des particuliers à l’institution en 2022, il y avait 09 plaintes déposées par des enfants de moins de 18 ans.

Benalilou a indiqué que l’institution a souligné dans ses rapports certaines questions qu’elle jugeait dignes d’être mises en lumière de manière spontanée, comme la simplification des procédures administratives pour le renouvellement du permis de conduire au profit des membres de la communauté marocaine vivant à l’étranger.

Cela a été dit dans un discours d’ouverture prononcé par Mohamed Benalilou lors d’une rencontre de communication organisée par l’institution du médiateur du Royaume avec ses interlocuteurs habituels des administrations et institutions publiques, concernant son rapport annuel.

Le porte-parole a expliqué que les membres de la communauté marocaine vivant à l’étranger, dans leur tentative de renouveler leur permis de conduire, se heurtent à un certain nombre d’obstacles bureaucratiques, comme la nécessité de fournir un certificat médical datant de moins de 3 mois attestant de l’aptitude physique et mentale du candidat, et la nécessité de le faire délivrer par un médecin reconnu au Maroc.

Les références personnelles incluaient également le sujet de la gouvernance inclusive et équitable pour les personnes aveugles et malvoyantes dans le domaine de l’accessibilité publique, qui concerne les services bancaires.

Elles concernaient également le sujet des droits des personnes âgées face aux transformations numériques ; le statut des étudiants marocains inscrits dans les universités ukrainiennes ; la question de l’extension des indemnités de risque accordées aux infirmiers du ministère de la Santé pour inclure les infirmiers de la délégation des prisons ; et la question de garantir aux enfants orphelins après le décès de leurs tuteurs le droit aux allocations familiales.

En outre, le médiateur du Royaume a estimé que le rapport attendu, dans le cadre du processus de surveillance des droits de l’homme, s’est efforcé de présenter une analyse des différentes plaintes et réclamations reçues, du point de vue de leur relation avec les droits civils, économiques, sociaux, environnementaux et culturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *