Société

Le ministère public demande une augmentation de la peine et la défense d’El Hidaoui suggère qu’il est victime de calculs politiques

Le procureur général du roi à la Cour d’appel de Casablanca a demandé d’augmenter la peine du parlementaire et président de l’Olympic de Safi, Mohammed El Hidaouii, et du journaliste Adil El Omari, poursuivis dans le cadre de ce qui est connu sous le nom de ‘scandale des billets de la Coupe du Monde’, à un niveau ‘raisonnable’. Le défenseur d’El Hidawi a suggéré que son client était ‘victime de calculs politiques’.

Le représentant du ministère public à la Cour d’appel de Casablanca a commenté l’intervention de la défense de Mohammed El Hidawouii, le parlementaire et président de l’Olympic de Safi, et du journaliste Adil El Omari, en disant que les témoignages des déclarants lors de la précédente audience devant le tribunal ‘prouvent que El Hidaoui est connu pour sa générosité et ne pourrait pas faire du commerce avec des billets pour un événement sportif’, et que ‘les éléments de la poursuite ne sont pas disponibles dans l’affaire de son client et que le jugement le condamnant à l’emprisonnement est une décision injuste’.

Le procureur général du roi a déclaré que ‘le crime pour lequel El Hidaoui et El Omari sont poursuivis a été déduit des déclarations des accusés cohérentes devant l’officier judiciaire concernant l’achat des billets, puis basé sur les appels téléphoniques qui ont indiqué que les billets ont été achetés en échange d’une compensation’.

Le représentant du ministère public a ajouté que ‘les déclarations de la dénommée Faiza, qui a témoigné devant le tribunal, montrent que ses réponses ont révélé qu’El Hidaoui a reçu une compensation en dollars pour les billets qu’elle a achetés, et ces déclarations n’étaient pas attendues’.

Il a également mentionné que le journaliste El Omari ‘a effectué un transfert d’argent sur le compte du fils de son neveu’, ajoutant que ‘les appels téléphoniques qui ont été analysés ont montré que la vente des billets était contre une compensation, en particulier les appels entre les membres de la famille Soueiti (les sœurs Faiza et Ghita) qui indiquent que les billets ont été achetés en échange d’une compensation matérielle’.

Le représentant du ministère public a expliqué que ‘la déclarante Faiza s’est rétractée de ses déclarations devant le tribunal par rapport à celles faites devant l’officier judiciaire, et a affirmé que le jugement initial devrait être modifié pour augmenter la peine à un niveau raisonnable’.

De son côté, la défense d’El Hidaoui, Mohammed Benmalek, a commenté l’intervention du représentant du ministère public, affirmant ‘la probité de son client, qui est reconnu pour sa générosité et sa largesse, et qui a été condamné pour des actes qu’il n’a pas commis et qu’il est injustement accusé’.

La défense s’est interrogée sur la formulation des procès-verbaux de l’officier judiciaire, demandant ‘si l’officier judiciaire avait un intérêt à poursuivre El Hidaoui ? Et pourquoi le Parti du Rassemblement National des Indépendants a-t-il immédiatement gelé son adhésion après avoir lancé des poursuites contre El Hidaoui ?’, suggérant que l’incident était le résultat de calculs politiques dont son client était la victime’.

La défense a poursuivi en disant que ‘l’enregistrement qui a été divulgué via l’application de messagerie instantanée a été pris plus au sérieux qu’il ne le devrait par l’opinion publique, et qu’on n’a pas écouté le reste de l’enregistrement qui confirme le malentendu, considérant que son client n’avait pas l’intention de vendre les billets‘, soulignant que ‘El Hidaoui a voyagé avec son propre argent au Qatar avec des collègues parlementaires pour soutenir l’équipe nationale car il est un passionné de l’équipe de son pays et aussi le président d’un club de football’.

Benmalek a vivement critiqué les procès-verbaux de l’officier judiciaire, ‘qui contenaient les conclusions des enquêteurs‘ et, selon lui, ‘des informations erronées, des expressions illogiques et des détails étranges, comme la phrase selon laquelle ces actes criminels auraient pu gâcher la joie des Marocains’ et d’autres expressions qu’il a citées à partir des pages des procès-verbaux de l’officier judiciaire.

Benmalek a déclaré que le jugement condamnant El Hidaoui à une peine d’emprisonnement ‘a privé les gens de leur sentiment de sécurité judiciaire’, citant l’exemple de la fille d’El Hidawi ‘qui a obtenu son diplôme d’ingénieur aéronautique et dont le père attendait de participer à sa remise de diplôme mais s’est retrouvé emprisonné, alors comment convaincre cette fille de revenir travailler dans sa spécialité au Maroc’, selon les termes de Benmalek.

Il a dit ‘que la fille d’El Hidaoui ne reviendra pas même si on lui offrait une opportunité de travailler à l’aéroport de Nouaceur en tant qu’ingénieure, et même si elle voulait revenir, son père ne le lui permettrait pas, ce qui est le résultat de l’absence de sentiment de sécurité judiciaire‘, selon lui.

Enfin, le tribunal a décidé de reporter l’audience au 27 novembre 2023, pour compléter l’écoute des plaidoiries de la défense.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *