Société

Après son gel.. Un syndicat demande l’arrêt de l’application du statut de base de l’éducation par un mécanisme légal

La Fédération Nationale de l’Éducation, affiliée à l’Union Marocaine du Travail, a appelé à suspendre l’application du nouveau statut par un mécanisme légal permettant cela, et à modifier et réviser ses contenus « dans leur intégralité ».

La même fédération a déclaré qu’elle avait assisté, avec les syndicats d’enseignement les plus représentatifs, à une réunion avec le comité ministériel tripartite chargé par le Chef du Gouvernement. Durant cette réunion, elle a demandé l’arrêt des procédures de déduction des salaires des grévistes du secteur de l’éducation et de la formation.

Le même syndicat a également demandé, lors de la réunion, le remboursement des sommes déduites des salaires des grévistes, et « une inscription explicite et directe pour l’intégration des enseignants et du personnel de soutien, contraints au contrat, dans le cadre de la fonction publique ».

La source a également demandé une augmentation des salaires dans le budget de 2024 « pour suivre l’augmentation fulgurante des prix et du coût de la vie », et a appelé à « la résolution nécessaire des dossiers en suspens pour toutes les catégories d’hommes et de femmes de l’éducation ».

La source a ajouté que la réunion avait abouti à la suspension de l’application des dispositions du nouveau statut par l’émission d’une circulaire à cet effet, jusqu’à la fin des tours de dialogue le 15 janvier, à l’exception du concours d’entrée aux centres d’éducation et de formation.

Il a également été conclu de retirer toutes les sanctions prévues dans le statut et d’adopter les sanctions disciplinaires prévues dans le statut général de la fonction publique, et de présenter les propositions des syndicats d’enseignement concernant toutes les catégories éducatives la semaine prochaine.

Il convient de noter qu’une réunion entre le Chef du Gouvernement et les syndicats d’enseignement s’est terminée la semaine dernière par un accord sur la suspension du travail selon le statut et la poursuite du dialogue concernant ses articles avec le comité ministériel désigné à cet effet.

Le Chef du Gouvernement, Aziz Akhannouch, a alors déclaré qu’il était convenu avec les syndicats d’enseignement les plus représentatifs de geler le nouveau statut de l’enseignement, dans l’attente de son amélioration par des modifications qui permettront aux hommes et femmes de l’éducation d’améliorer leurs revenus, et ce, au plus tard le 15 janvier 2024.

Le comité ministériel chargé de discuter du dossier comprend le ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Primaire et des Sports, Chakib Benmoussa, le ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, et le ministre de l’Intégration Économique, Younes Sekkouri.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *