Politique

Miloudi Moukharik appelle le gouvernement à mettre en œuvre l’accord supprimant la condition des 3240 jours pour bénéficier d’une pension de retraite

Miloudi Moukharik, le secrétaire général de l’Union Marocaine du Travail, a critiqué le fait que plus d’un an s’est écoulé depuis ce qu’il a décrit comme « la continuité de l’évitement par le gouvernement actuel de mettre en œuvre l’accord du 30 avril 2022 relatif à la suppression de la condition des 3240 jours de déclaration à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale comme condition pour bénéficier de la pension de retraite des salariés du secteur privé ».

Moukharik a insisté, lors d’une réunion de communication avec des salariés retraités et des syndicalistes, ce mercredi matin, sur le fait que « l’Union fera tout ce qui est en son pouvoir, quel qu’en soit le coût, pour mettre en œuvre l’accord de suppression de la condition des 3240 jours, par tous les moyens disponibles, y compris des sit-ins et des rencontres ».

L’Union Marocaine du Travail a mis en lumière les nouveautés qu’elle a pu obtenir en termes de droits pour les salariés retraités du secteur privé, considérant que « la classe ouvrière du secteur privé souffrait en raison de la non-déclaration à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, à cause de conditions inéquitables ».

Moukharik a également abordé la condition que l’employé complète 3240 jours, une condition qu’il considère inéquitable et qui prive les salariés retraités de bénéficier de pensions de retraite s’ils ne peuvent compléter le nombre de ces jours, même s’il leur manque seulement 10 jours pour compléter ces jours, selon ses termes.

Moukharik a ajouté que l’Union avait arraché ce droit et imposé le remplacement des 3240 jours par seulement 1320 jours, et que l’Union avait conclu à ce sujet un accord avec le gouvernement dans le cadre de ce qu’on appelle l’accord tripartite le 30 avril 2022.

Il a poursuivi en disant qu’ils avaient organisé un sit-in de protestation massif pour attirer l’attention des partenaires de cet accord et imposer la volonté de la classe ouvrière, et qu’aujourd’hui les salariés pourront bénéficier de leur pension après avoir passé seulement 1320 jours, et les salariés bénéficieront de pensions de retraite avec effet rétroactif d’un montant variant entre 600 et 1000 dirhams.

L’Union Marocaine du Travail avait déjà annoncé aux salariés du secteur privé et aux retraités affiliés à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale la nouvelle de la suppression de la condition d’accomplissement de 3240 jours de déclaration pour bénéficier du droit à la pension.

Elle a déclaré que ses représentants au conseil d’administration de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, en présence de la ministre de l’Économie et des Finances et des autres parties gouvernementales, ont vigoureusement défendu et réussi à obtenir le droit pour des dizaines de milliers de salariés du secteur privé et de retraités qui étaient privés de pension ou qui en auraient été privés à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *