Divers

Après avoir été initialement acquitté dans une affaire précédente, la cour d’appel entame le procès du meurtrier du mari de Fikri

Le parquet près la cour d’appel de Casablanca a fait appel de la décision d’acquittement de « Reda Abakrim », citoyen marocain détenteur de la nationalité française, surnommé « le Turbo », et principal suspect dans l’enlèvement, la séquestration et le meurtre du mari de la jeune chanteuse Reem Fikri, un événement qui a choqué l’opinion publique marocaine il y a moins d’une semaine.

L’appel concerne l’affaire de l’enlèvement, la séquestration et le meurtre de la victime « Ibrahim Hajjaji » en juin 2007, dans le cadre d’un règlement de comptes lié au commerce de cannabis, une affaire pour laquelle « le Turbo » a été condamné par contumace à 21 ans de prison ferme en France, avec d’autres accusés impliqués avec lui.

En avril 2023, la chambre criminelle de première instance près la cour d’appel de Casablanca avait prononcé l’acquittement de Reda Abakrim pour « les crimes d’enlèvement, de séquestration et de meurtre avec préméditation ».

La défense de la partie civile a également fait appel de l’acquittement de Reda Abakrim, n’étant pas convaincue de l’innocence du « Turbo » après sa condamnation par le tribunal de Versailles en France dans une affaire d’enlèvement, de séquestration et de meurtre de son client, pour laquelle il a été condamné à 21 ans de prison ferme, une affaire pour laquelle il avait été acquitté au Maroc.

La chambre criminelle d’appel a tenu une nouvelle audience ce lundi dans l’affaire de Reda Abakrim, et Mohamed Agnaj, avocat de la partie civile, a déclaré que l’audience avait été reportée à plusieurs reprises en raison de la non-notification à l’accusé, qui n’a pas d’adresse fixe et entre au Maroc avec une identité falsifiée.

Agnaj a indiqué dans une déclaration au journal « Al Omk » que le parquet près la cour d’appel de Casablanca, après avoir confirmé que la même personne avait été arrêtée dans une affaire similaire concernant cette fois l’enlèvement et la séquestration de l’épouse de l’artiste Reem Fikri, a fixé le 20 mars prochain comme nouvelle date pour l’audience.

L’avocat a dit que la partie civile « ne demande pas la peine maximale pour l’accusé, qui a été condamné par la justice française à 21 ans, autant qu’elle demande l’exécution de cette peine », et Agnaj a ajouté que le parquet « est convaincu de la culpabilité de Reda Abakrim dans le crime mentionné, pour lequel le ministre de la Justice français actuel a plaidé en sa faveur, ce qui a poussé ce parquet à faire appel de son acquittement en première instance ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *